CARTE. Le réchauffement climatique en PACA : près de 5.500 hectares parcourus par les feux

Publié le
Écrit par Annie Vergnenègre, Chloë Arzouni

Une sécheresse indédite, des records de chaleur... le réchauffement climatique impacte la saison des incendies et leur ampleur avec la multiplication des mégafeux. Les massifs de Provence-Alpes-Côte d'Azur n'ont pas été épargnés. Nous dressons le bilan des feux qui ont ravagé nos massifs cet été.

L'été 2022 a été l'un des plus marqués par les incendies en France : 61.289 hectares partis en fumée. Un record depuis le début de la récolte de données (2006). C'est en grande partie à cause des mégafeux de la Gironde, mais la région Provence Alpes n'a pas été épargnée, en raison de la sécheresse, des fortes chaleurs et du vent.

En Paca, les départements les plus touchés cet 2022 sont le Var et les Bouches-du-Rhône avec deux mégafeux, à Aiguines et dans le massif de la Montagnette. Mais les Alpes-Maritimes, les Alpes de Haute-Provence, les Hautes-Alpes, les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse ont également été touchés dans une moindre mesure.

Dans notre région, 352 incendies ont ravagé au total 5 421,29 hectares depuis le 1er juin, selon le site gouvernemental de statistiques Prométhée. Des paysages qui mettront plusieurs dizaines d'années à se régénérer

Les principaux incendies en Paca cet été

  • Aiguines, camp de Canjuers, le 18 juin 

Le feu s'est déclaré après un exercice militaire sur le camp de Canjuers, le plus grand d'Europe occidentale, dans le Var. Les flammes se sont rapidement propagées dans cette zone quasiment désertique sur laquelle l'armée effectue régulièrement des entraînements. 300 sapeurs-pompiers, épaulés par cinq canadairs et un Dash 8 ont été mobilisés.

Maîtrisé le 22 juin, le feu a parcouru au total 2.570 hectares. 

  • Massif de la Montagnette, le 14 juillet 

L'incendie du massif de la Montagnette, situé entre les communes de Tarascon et Graveson (Bouches du Rhône), au sud d'Avignon, s'est déclaré le 14 juillet 2022.

Ce mégafeu a attisé par un vent violent a ravagé plus de 1.500 hectares. Plus de 500 hommes et 140 engins ont été engagés contre les flammes. L'incendie a coûté la vie à l'adjudant-chef marial Morin, un sapeur pompier volontaire de la Drôme venu en renfort. 

Les étincelles d'un système de freinage sur un wagon SNCF seraient à l'origine de cet incendie, qui a menacé l'abbaye de Frigolet. Le maire de Barbentane, commune où le feu a ravagé 550 hectares a déposé une plainte contre X. Une enquête a été ouverte pour la recherche d'une éventuelle responsabilité pénale.

  • Rougon, Gorges du Verdon, le 26 juillet

L'incendie qui s'est déclaré le 26 juillet à Rougon (Alpes de Haute-Provence), dans un secteur difficile d'accès au coeur des Gorges du Verdon, a duré 24 jours. 868 hectares de végétation sont partis en fumée.

C'est le troisième incendie le plus important connu par le département en cinquante ans. D'importants moyens aériens départementaux et nationaux ont été mobilisés, ainsi que 210 pompiers au sol. Le feu, qui menaçait un camping sur la commune de Castellane, a forcé à l'évacuation de 400 vacanciers. 

  • Zone industrielle des Confines, Sorgues le 30 juillet

D'importants moyens terrestres ainsi qu'un Canad'air ont été déployés pour lutter contre le feu de broussailles qui s'est déclaré le 30 juillet dans la zone industrielle des Confines, à Sorgues (Vaucluse).

Les soldats du feu ont tout fait pour éviter que l'incendie ne se propage jusqu'aux entrepôts de l'entreprise Eurenco, qui fabrique des explosifs.

Le feu maîtrisé en deux heures par les pompiers, a finalement parcouru 30 hectares. 

  • Villeneuve et Niozelles, le 2 août

Le 2 aout, c'est le centre-bourg du village de Niozelles, dans les Alpes de Haute-Provence, qui est menacé par les flammes. Les habitants ont dû être évacués mais ils ont pu regagner leur logement après que l'incendie a été maîtrisé.

D'important moyens aériens ont été immédiatement mobilisés, avec huit avions bombardiers d'eau (six canadairs et deux Dash) et un hélicoptère lourd, pour ralentir la progression du feu avant la tombée de la nuit.

Sur le terrain, quelque 300 pompiers ont été dépêchés sur place en provenance des casernes des Alpes de Haute-Provence, mais aussi du Vaucluse, des Bouches-du-Rhône. Ce feu a parcouru 246 hectares. 

  • Auriol, aux portes de Marseille (25 août 2022)

L'incendie d'Auriol n'a pas eu le temps de faire de dégâts mais il s'est déclaré aux portes de Marseille, tout près d'une zone résidentielle. Les pompiers ont réussi à le fixer très rapidement et il n'a parcouru que trois hectares.

50 engins, des supports aériens et une centaine de sapeurs-pompiers ont été déployés sur place pour maîtriser le feu.

Cet incendie a été causé par une négligence humaine. Quelques jours plus tard, le parquet de Marseille a annoncé la mise en examen d'un suspect pour "pour destruction involontaire par incendie par manquement à une obligation de sécurité ou de prudence." Il a été placé sous contrôle judiciaire jusqu'à son jugement, en février 2023. 

  • Aureille, massif des Alpilles (22 aout 2022)

Cet incendie virulent dans les Alpilles a mobilisé jusqu'à 600 pompiers dans un secteur difficile d'accès de la commune d'Aureille (Bouches-du-Rhône) avec un fort mistral et a pu être maîtrisé dès le lendemain. 

Les investigations des gendarmes ont mené à l'interpellation d'un suspect, ensuite placé en hôpital psychiatrique. Le feu a parcouru 117 hectares.

Le bilan des surfaces brûlées

Dans notre région, plus de 500 départs de feu ont été recensés depuis le début de l'année 2022. 

Après les trois années marquées par un niveau très bas des surfaces brûlées en Paca, dont deux liées au contexte de la crise du Covid-19, le bilan des surfaces brûlées a repris a connu une forte hausse, comparable à celui de 2017. Mais le nombre d'hectares de végétation brûlés à été moins important en 2022 qu'en 2021, comme le montre cette infograhie :

Le bilan provisoire de cette année 2022, au 13 septembre, est de plus de 6.800 heactares brûlés, un bilan qui pourrait encore s'alourdir, dans une région toujours touchée par la sécheresse, même si la saison la plus à risques est en train de s'achever.  

Selon un bilan provisoire de la gendarmerie nationale, 48 incendiaires ont été interpellées cet été en France .

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité