Région Auvergne-Rhône-Alpes : les vœux et les projets de Laurent Wauquiez pour 2021

Crise sanitaire, lutte pour l'emploi, et renforcement de la sécurité : les derniers voeux du mandat du président LR de la Région Auvergne-Rhône-Alpes ont sonné comme un programme. Laurent Wauquiez, qui voit la crise s'installer, réclame notamment un "plan Marshall de la montagne" à Jean Castex.

Le président LR de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a profité de ses voeux (en ligne) à la presse pour tracer ses lignes directrices pour 2021
Le président LR de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a profité de ses voeux (en ligne) à la presse pour tracer ses lignes directrices pour 2021

De façon inédite, le président LR de la Région Laurent Wauquiez s'est retrouvé seul, ce jeudi 21 janvier, pour présenter ses voeux à la presse. Avec, tout de même, une trentaine de journalistes de toute la région connectée par Internet, comme c'est désormais devenu quasiment l'habitude. C'est dans cette configuation que l'élu a évoqué l'année "compliquée, parfois dramatique" qui vient de s'écouler, faisant une sorte d'auto-bilan de sa politique et des critiques qu'il essuie régulièrement, et annonçant un certain nombre de mesures pour la dernière année de son mandat.

En préambule, Laurent Wauquiez a tenu à évoquer les difficultés économiques qu'ont également du affronter les "petites structures, comme les magazines spécialisés" pendant cette année. Il a souhaité que la pluralité de la presse régionale puisse se maintenir. Il a également voulu remercier les journalistes qu'il a considérés comme un "levier d'action" lors de certaines opérations, comme la distribution des masques ou le plan de dépistage, ou lui permettant de "déceler les bonnes initiatives sur le territoire", "sans collusion", a-t-il précisé.

Santé, emploi et sécurité

Pour lui, la période actuelle se résume à trois crises : sanitaire, économique et sécuritaire. Sur le plan économique, il avoue "voir la crise s'installer dans notre région de manière très préoccupante". Citant Rousseau, il a martelé la nécessité d'agir pour assurer "le premier impératif qui s'impose aux pouvoirs publics, et qui est d'assurer la protection de chacun". Pour le président de la Région, la crise actuelle est révélatrice "des failles de notre société, qui remettent totalement en cause les codes de notre politique.". Fustigeant au passage "les esprits de polémique stérile qui ne sont pas à la hauteur du sujet", il rappelle qu'il s'est lui-même interdit toute parole de politique politicienne sur cette crise, depuis qu'elle a débuté. Mais il se permet tout de même de qualifier d'échec la conduite du pays "trop centralisée, avec une interface de décision unique" qui, selon lui, est "un frein aux énergies particulières qui se sont exprimées, en faisant preuve d'innovation et d'esprit d'adaptation". Pour résumer, c'est, selon Laurent Wauquiez, une véritable remise en cause de notre démocratie actuelle à laquelle nous assistons.

Expliquant "qu'il n' y a pas de fatalité", le président LR a tenu à revenir sur ses choix, qui, selon lui, "ne sont désormais plus contestés", tels que le principe de préférence régionale, ou encore de nécessité de faire des économies. Il estime que son action dans les domaines du dépistage, ou la distribution des masques a été un modèle faisant de notre région un territoire précurseur. Il rappelle au passage "sa volonté d'agir" sur différents dossiers comme la défense de la ligne Grenoble-Gap, le Musée des Tissus à Lyon ou l'hélicoptère Dragon 63 à Clermont-Ferrand. 

Un pool d'experts régionaux sur les purificateurs d'air

L'année 2021 sera, selon ses voeux, marquée par un certain nombre d'actions dans trois domaines : la santé, les emplois et, donc, la sécurité. Dans le domaine sanitaire, "la campagne de tests va reprendre et se développer notamment dans les lycées" annonce-t-il, en collaboration avec le Rectorat. Il se félicite d'avoir appris, notamment par le professeur Bruno Lina, que le gouvernement se montrait davantage intéressé par son programme d'installation de purificateurs d'air dans les établissements scolaires. Laurent Wauquiez annonce donc mettre en place un pool de chercheurs régionaux pour en démontrer l'utilité. En outre, il a souhaité qu'une solution soit impérativement trouvée, en terme de transport, pour "que chaque habitant de la région puisse se rendre dans un centre de vaccination".

Création d'un fonds souverain régional pour soutenir les entreprises

En terme d'emplois, le président de la Région souhaite, sans ajouter de dette supplémentaire, injecter des chantiers en veillant à la "préférence régionale". Pour y veiller, notamment dans le cadre du plan de relance signé récemment avec Jean Castex, il va créer un indicateur d'évaluation sur ce critère. Il souhaite, dans le même ordre d'idée, assumer sa politique de "protectionnisme local, en luttant contre les délocalisations et en incitant les entreprises à revenir dans la région." Il annonce donc la création d'ici fin février d'un fonds souverain régional. Expliquant que ses équipes y travaillent déjà depuis 3 mois, ce fond devrait permettre "d'aider les entreprises à augmenter leurs capacités de déploiement et d'investissement, et à résister aux spéculateurs." 

Un plan Marshall pour la montagne

Concernant plus spécifiquement l'économie de la montagne, Laurent Wauquiez estime à la fois que les décisions annoncées de ne pas rouvrir les stations étaient "un véritable cataclysme et un manque de connaissance de la montagne". Rappelant qu'Auvergne-Rhône-Alpes représente près de 80% de l'économie issue des sommets, il a fustigé ceux qui "prennent ces gens pour des réserves d'indigènes qui ne s'y rendraient que pendant la saison hivernale." Il estime que l'on a pas mesuré la colère et l'amertume de l'ensemble des professionnels concernés, du moniteur au médecin, en passant par les commerçants. Il reproche à l'Etat son manque de franchise et d'anticipation à annoncer une décision "probablement prise avant les fêtes".

Pour y répondre, la président de la Région réclame au premier ministre un véritable "Plan Marshall de la montagne", permettant d'éviter le destruction de dizaines de milliers d'emplois. En attendant, il souhaite organiser dès la semaine prochaine une conférence de crise avec tous les acteurs concernés. Après avoir rendu visite aux différents sites et établi un diagnostic, il souhaite préparer un plan de crise auquel il propose d'associer les départements concernés.

Poursuite de la sécurisation des lycées et des transports

Concernant, enfin, le thème de la sécurité, Laurent Wauquiez a souhaité évoquer notamment les menaces de mort répétées à l'encontre de certains élus comme Jérémie Bréaud, maire de Bron. Il a également cité les gendarmes endeuillés à Ambert, juste avant Noël. Rappelant que la Région a investi "environ 100 millions d'euros en 4 ans de mandat", il annonce donc sa volonté de poursuivre ces investissements en équipements, notamment destinés aux lycées et aux moyens de transport.

En guise de conclusion, qualifiant Auvergne-Rhône-Alpes de "région qui tient", "pleine d'énergie", le président Wauquiez - qui a à nouveau refusé d'évoquer ouvertement ses intentions concernant les futures élections- , a souhaité que notre région soit "un exemple, en France, pour sortir de cette crise par le haut".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région auvergne-rhône-alpes politique