Châtillon-sur-Seine: manifestation contre la menace de fermeture du laboratoire hospitalier

Manifestation l’hôpital Michel Sordel de Châtillon-sur-Seine, jeudi 8 mars 2018. / © Maeva Damoy - France 3 Bourgogne Franche-Comté
Manifestation l’hôpital Michel Sordel de Châtillon-sur-Seine, jeudi 8 mars 2018. / © Maeva Damoy - France 3 Bourgogne Franche-Comté

L'intersyndicale CFDT-CGT-FO du Centre Hospitalier de la Haute Côte-d'Or a appelé à manifester ce jeudi pour soutenir le laboratoire de l’hôpital, menacée de fermeture. L’association des usagers du CH-HCO dénonce une décision qui "défavorise le milieu rural".

Par Anouk Passelac

Face à la demande de fermeture du laboratoire d'analyse biologique hospitalier de Châtillon-sur-Seine par l’agence régionale de santé (ARS), le personnel et les usagers du centre hospitalier se mobilisent.

L’intersyndicale CFDT-CGT-FO du Centre Hospitalier de la Haute Côte-d'Or (CH-HCO) a appelé à une manifestation jeudi 8 mars 2018, devant l’hôpital Michel Sordel de Châtillon sur Seine. Elle proteste contre cette décision et craint qu'elle n'entraîne la fermeture, à terme des Urgences.
Châtillon-sur-Seine: manifestation contre la menace de fermeture du laboratoire hospitalier
Intervenants: Josianne Thomas, technicienne de laboratoire / Flavie Marinelli, représentante syndicale CGT / Nelly Goujon, habitante de Châtillon. Reportage: Maeva Damoy, Isabelle Rivierre, Philippe Sabatier.
9 salariés seront impactés par cette fermeture. Plusieurs centaines de personnes ont participé au rassemblement pour protester. 

Les usagers de l’hôpital soutiennent la démarche


La manifestation est aussi soutenue par l’association des usagers du CH-HCO. Celle-ci assure dans un communiqué que la fermeture du laboratoire  "aura inévitablement des répercussions sur l’ensemble des activités de l’établissement et en premier lieu sur les urgences". Le président de l'association, Jean-Lou Germain s'inquiète:

Normalement tout Français doit avoir un accès à un service d’urgence à moins de 30 minutes. Si demain le service d’urgence de l’hôpital ne peut plus répondre totalement à sa mission, la loi et les directives nationales ne seront plus respectées.

Le communiqué des usagers évoque également des conséquences sur les autres services: "allongement des temps d’hospitalisation pour les hospitalisations de jour ; diminution des hospitalisations en médecine au sortir des urgences du fait de l’orientation probable vers des centres où la surveillance biologique peut être plus rapide".


Baisse d'activité et réduction de personnel


L'ARS appuie sa décision sur des raisons financières. Elle souligne une baisse d'activité du laboratoire, mais qui aurait été mandatée par l'ARS elle-même. Autre problème: le départ d'un salarié, remplacé par un contrat à durée déterminé non renouvelable.

Les annonces de fermetures de structures et de services se multiplient depuis plusieurs mois, comme la fermeture de la maternité à Cosne-sur-Loire. en décembre dernier. Les urgences de Châtillon-sur-Seine, elles-mêmes, ont récupéré une partie de l'activité des urgences de Monbard qui ont fermé en 2016.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les scolytes se développent avec la sécheresse

Les + Lus