Clinique de Cosne-sur-Loire : quatre repreneurs potentiels se sont manifestés

Publié le Mis à jour le

L'avenir de la clinique de Cosne-sur-Loire devrait être scellé prochainement. L'établissement a été placé en liquidation judiciaire à la mi-décembre. Les élus de la commune et des médecins de la clinique ont rencontré quatre groupes de santé intéressés pour reprendre l'établissement.

Quatre repreneurs sur les rangs

Selon le maire de la commune, quatre groupes "ayant pignon sur rue et ayant parfois déjà repris des cliniques en difficulté" ont manifesté leur intérêt pour la clinique de Cosne-sur-Loire. "Avec les médecins, nous les avons reçus ou nous les avons rencontrés sur Paris. On a senti des gens qui avaient envie. Ils ont dû envoyer leurs lettres d'intention à l'Agence Régionale de Santé ou devraient le faire cette semaine", explique Michel Veneau, le maire de Cosne-sur-Loire (DVD) candidat à sa réélection..


Nous avons contacté l'ARS pour faire le point sur ces offres de reprise potentielles. "Nous avons reçu quelques manifestations d’intérêt, mais à ce stade nous n’avons pas encore réceptionné de dossier complet. Nous avons demandé à leurs auteurs de transmettre à l’agence un descriptif complet de leur projet avant la fin du mois de mars afin de pouvoir se prononcer sur leur sérieux", a précisé cet organisme chargé par l'Etat de la mise en œuvre de la politique de santé dans sa région.


"Dans ce dossier, il faut qu'on aboutisse rapidement à une solution pérenne, à une clinique qui fonctionne et qui se développe. Il en va de la santé de notre bassin de population, soit 100 000 habitants. Une population vieillissante avec des besoins accrus. C'est aussi crucial pour l'attractivité de notre territoire. Il faut que la tutelle le comprenne", poursuit Michel Veneau. L'édile espère une annonce officielle de reprise de la clinique lors de la deuxième quinzaine de mars. 

 

Une clinique en difficulté depuis novembre


La clinique appartenait au groupe Kapa Santé qui détient toujours les locaux et qui est à la tête du GIE, qui regroupe le service d’imagerie (radio, scanner, IRM). L'Agence régionale de santé avait suspendu le 12 novembre l'activité de chirurgie au sein de l'établissement en raison de "manquements répétés à la sécurité des soins".


Le groupe Kapa Santé avait alors demandé au tribunal de commerce de Nevers le placement de la clinique en liquidation judiciaire. Mais le juge avait préféré opter pour une procédure de redressement, espérant trouver un repreneur. A la mi-décembre, le tribunal s'est résolu à placer l'établissement en redressement judiciaire. "La direction de la clinique, par ses prises de position en faveur d'une liquidation judiciaire et son manque de collaboration, n'apporte aucune solution permettant d'envisager une poursuite d'activité.", pouvait-on lire dans le jugement.


L'avenir de la clinique de Cosne-sur-Loire a suscité une forte mobilisation des salariés, des habitants et des élus. Samedi 16 novembre, environ 1 500 personnes défilaient dans les rues de Cosne-sur-Loire pour protester contre sa fermeture.


Le 22 novembre, on apprenait l'ouverture d'une enquête préliminaire pour abus de biens sociaux à l'encontre de Kapa Santé, propriétaire de la clinique. Les enquêteurs estiment que le rachat de l'établissement en 2009 s'est fait dans des conditions "dont la légalité [peut] être mise en cause, et en tout cas étant non conformes aux prescriptions du tribunal de commerce de Nevers".