ENTRETIEN. Musée de l'AJ Auxerre, stade agrandi, restaurants, centre de santé... Baptiste Malherbe se confie sur l'avenir ambitieux du club

Le président exécutif de l'AJ Auxerre revient en détails sur l'ouverture du nouveau musée de l'AJA et sur les futurs grands aménagements du club, en projet pour les années à venir.

L'AJ Auxerre, actuel leader de Ligue 2, va changer de visage. Avec l'inauguration de son musée, ce mardi 5 mars, mais aussi à travers d'autres projets de grande ampleur : l'agrandissement du stade et de la boutique, et la concrétisation d'une plaine des sports plus ambitieuse incluant restaurants, hôtel, centre de santé, et une passerelle enjambant l'Yonne pour plus d'accessibilité. En parallèle, l'AJA s'engage pour lutter contre le sexisme dans le football. Le président exécutif de l'AJA Baptiste Malherbe, interrogé par France 3 Bourgogne, détaille tous ces projets.

Quelles sont les nouvelles ambitions de l'AJA, avec l'ouverture de ce musée et les projets à venir ?

Baptiste Malherbe : "C'est la continuité du projet initié par James Zhou et moi-même depuis 2021. On essaie de moderniser le club et de se tourner vers la haute performance." 

Que doit apporter le nouveau musée de l'AJA au club ?

Baptiste Malherbe : "Beaucoup de choses. Ce musée va permettre la transmission de l'histoire du club, qui est une vraie, vraie belle histoire, qu'on a envie de poursuivre. On parle d'éducation, de valeurs, avec une formule assez innovante puisque ce ne sera pas qu'un musée, on pourra aussi visiter le stade."

durée de la vidéo : 00h04mn54s
20 ans de la victoire de l'AJA en Coupe de France. ©Gaël Simon / Valentin Chatelier / J.-C. Leduc / Eric Taryne / Cyrille Fouquin / Rachel Nectoux / FTV

Ce musée n'est pas destiné qu'aux fans de foot ? 

Baptiste Malherbe : "Non, car il permet de comprendre la construction du stade, son évolution. On partage aussi les bons souvenirs de l'AJA, bien sûr. Quelque part, les fans inconditionnels de l'AJA n'apprendront pas grand-chose car ils savent déjà tout.

Ce musée n'est pas destiné qu'aux connaisseurs. Le but est aussi d'intéresser la jeunesse et les touristes, qui sont nombreux à venir voir le stade lorsqu'ils sont de passage à Auxerre. Pour cela, nous avons beaucoup travaillé avec l'office de tourisme."

► À LIRE AUSSI : Qui était l'abbé Deschamps ? On vous amène sur les traces du fondateur de l'AJ Auxerre

Autre nouveauté : l'agrandissement de la tribune Louault, qui doit faire passer la capacité de l'Abbé-Deschamps à 20 000 places. Où en est le projet ? 

Baptiste Malherbe : "C'est un beau projet de club qui avance bien et qui remporte une forte adhésion des supporters, des entreprises, des collectivités et élus locaux, qui nous apportent un soutien inconditionnel depuis trois ans.

C'est un exploit, pour un club comme le nôtre, dans une ville de taille moyenne, d'exister dans le haut niveau, et nous nous sommes aperçus que, pour perdurer dans ce haut niveau et se remettre aux normes, il fallait des aménagements.

 

L'AJA joue régulièrement à guichet fermé. Avec 16 500 spectateurs en moyenne, on est à capacité maximale. Or, nous n'aurons pas les moyens financiers pour tenir la longueur en Ligue 1 / Ligue 2 si nous n'avons pas les infrastructures qui vont avec.

Cette nouvelle tribune est un projet sur le temps long. On a perdu un peu de temps [avec le rachat contesté du camping d'Auxerre, attenant au stade, pour pouvoir mener les travaux]. On aurait besoin de cette tribune pour 2025-2026, mais ce délai commence à être un peu difficile à tenir, avec l'administratif qui en découle."

► À LIRE AUSSI : Vente du camping municipal d’Auxerre à l’AJA : pourquoi une élue écologiste a-t-elle saisi la justice ?

En plus de la tribune, c'est tout un projet de nouvelle "plaine des sports" que veut mener l'AJA à terme. Pouvez-vous détailler ce qui est envisagé ?

Baptiste Malherbe : "C'est un projet global. Aujourd'hui, on manque d'infrastructures. C'est pourquoi nous voulons développer cette place sportive. Le musée de l'AJA est l'une des briques de ce chantier, mais on projette aussi d'agrandir la boutique - on vend de plus en plus de maillots, et c'est une preuve de l'attachement des supporters à leur club.

► À LIRE AUSSI : "Sa chanson a touché beaucoup d'Auxerrois" : quand Hoshi chante son grand-père, fan de l’AJ Auxerre, à l'Abbé-Deschamps

Nous souhaitons amener davantage de brasseries pour se restaurer aux abords du stade, ainsi qu'une nouvelle structure d'hôtellerie. Nous manquons de lits dans l'Auxerrois, et cela a été un problème par le passé. Nous avions candidaté pour la coupe du monde féminine de foot en 2019, et notre dossier a essuyé un refus pour cette raison. C'est pareil pour les Jeux olympiques de Paris cet été : on va recevoir des délégations, mais nous aurions pu en accueillir encore davantage si Auxerre était suffisamment dotée en capacité d'hébergement.

Il est aussi question d'ouvrir une maison médicale sur la plaine des sports, avec des spécialistes du sport : podologues, pédicures, dentistes, kinés du sport... Cela permettrait aussi de développer le sport-santé, un sujet de société, on le voit avec les problèmes d'obésité grandissante chez les jeunes notamment. Plusieurs médecins nous ont déjà informés de leur intérêt pour ce projet.

Quand à l'idée de la passerelle au-dessus de l'Yonne pour accéder à l'Abbé-Deschamps, c'est du bon sens. Actuellement, les gens venant du sud d'Auxerre doivent passer sur le pont Paul-Bert et traverser le coeur de ville avant d'arriver au stade. En face, on a des parkings sous-exploités à Auxerrexpo et à l'IUT. La passerelle arriverait pile en face de la nouvelle tribune."

Quel calendrier prévu pour tous ces aménagements ?

Baptiste Malherbe : "Ça va s'échelonner dans le temps. Pour la partie stade, ce ne sera pas avant 2025-2026. Pour le reste, nous sommes sur les avant-projets, il devrait y avoir du nouveau à la fin mars. Nous avons déjà pu devenir propriétaires des terrains à côté du stade. L'idée générale du projet a été définie avec tous les acteurs. À présent, il va falloir travailler les financements, les permis de construire."

Justement, comment l'AJA va-t-elle financer ces lourds investissements ?

Baptiste Malherbe : "Nous avons décidé, comme nous sommes propriétaires de notre stade, de tenter un financement 100 % par le privé. Actuellement, de nombreux clubs passent par les financements des collectivités. Nous avons voulu faire autrement. Nous passerons par des emprunts et par les sponsors qui nous aident. Nous ne solliciterons les collectivités que pour les aménagement périphériques.

Ce mode de financement est possible parce qu'on bénéficie d'un soutien particulier autour de l'AJA. Ce projet n'a de sens que grâce à ce soutien. Le budget est très significatif."

Sportivement, l'AJ Auxerre est leader de L2. Vous vous voyez déjà de retour en L1 ?

Baptiste Malherbe : "Nous sommes dans une dynamique où nous sommes compétitifs depuis trois ans. Mais on prend match par match, avec humilité, travail, beaucoup de détermination. On a fait un bon début de saison avec une équipe qui joue très bien au football. On cherche à progresser chaque jour. On est également fiers d'intégrer nos jeunes joueurs à l'équipe pro."

 

L'AJA vient également de signer une convention pour lutter contre le sexisme dans les stades. Que signifie cet engagement ?

Baptiste Malherbe : "Nous avons la chance d'avoir un club qui a une très bonne image, et nous sommes attachés à garder ce respect. Les femmes le savent d'ailleurs : avec 24 à 25 % de public féminin, nous sommes dans le top 3 des clubs français. On a vu des incidents dans d'autres stades, on ne veut pas les voir chez nous.

On a très bien travaillé avec le groupe des supporters. Au départ, l'idée est de sensibiliser tous les acteurs du club et le grand public. Ce samedi en 27e journée de championnat, nos joueurs portaient le logo de l'association Her game too sur leur maillot. 

En plus de cela, cette convention souligne la volonté de l'AJA de s'engager dans le football féminin. Nous avons multiplié par trois le nombre de licenciées femmes, l'AJA est en tête de Régional 1."

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité