Climat. 2023 sur le podium des années les plus chaudes jamais enregistrées en France et en Bretagne

En France, 2023 a été la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée. Dans son bilan annuel, Météo-France dresse le tableau d'une année marquée par des événements météorologiques souvent loin des normales. Quel bilan en Bretagne ? Décryptage.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"L’année 2023 se classe au deuxième rang des années les plus chaudes en France après 2022", révèle Météo-France dans son bilan annuel publié sur son site ce vendredi 5 janvier 2024. "Avec une température moyenne de 14.4 °C, l’anomalie thermique sur l’ensemble de l’année atteint +1.4 °C".

"C'est pareil en Bretagne. L'ensoleillement a été excédentaire. Au niveau des températures, c'est partout exceptionnel. Il y a des endroits où, tous les mois, on a eu des températures au-dessus de la norme", s'alarme Stéven Tual, météorologue chez Météo Bretagne. 

L'été 2023 est le quatrième plus chaud jamais enregistré avec de nombreux records absolus battus. Le phénomène le plus marquant : la période estivale a duré sur l'ensemble de la France jusqu'à la mi-octobre avec plusieurs épisodes tardifs de vagues de chaleur. "L'été a commencé dès le mois de mai, suivi d'un mois de juin historiquement chaud. On n'avait jamais eu des températures autant au-dessus de la norme de façon régulière", alerte Stéven Tual. Selon le spécialiste, juin 2023 se range à la deuxième place des mois de juin les plus chauds jamais enregistrés en Bretagne, derrière le plus célèbre de 1976.

Des phénomènes contrastés

Plus tôt dans l'année, le mois de février n'a jamais été aussi sec en France et en Bretagne. Selon Stéven Tual, "on a eu une absence de pluie anormale durant le mois de février". L'hiver 2023 a été marqué par une séquence de 32 jours consécutifs sans précipitation entre le 21 janvier et le 21 février sur l'ensemble du pays. "Du jamais vu depuis 1959", d'après Météo-France.

Et au contraire, l'automne 2023 a été marqué par un épisode de pluies sans discontinuer de 32 jours en France. "Dans l'ensemble, la pluie a été excédentaire en 2023 en Bretagne", d'après Stéven Tual. "Malgré un temps pluvieux dans la région, on commençait à voir un assèchement important des sols à cause des fortes chaleurs. Ces pluies ont été juste bénéfiques pour la végétation, elles étaient très tardives pour la saison automnale", poursuit-il.

Avec le mois de septembre le plus chaud jamais enregistré, suivi du mois d'octobre et un mois de novembre doux, l'automne 2023 est le plus chaud jamais enregistré en France depuis 1900. "Le mois de septembre a été incroyable avec des températures folles. Si on prend la période allant du 1er septembre au 15 octobre et qu'on découpe la Bretagne, c'est comme si on la mettait à la place de la Sicile. C'était la première fois où on atteignait les 35 °C à Rennes, et au mois d'octobre, on a dépassé les 30°C dans les Côtes-d'Armor le 9 octobre. Ça en fait une température de +13°C au-dessus de la norme ce jour-là", signale le météorologue.

Des tempêtes historiques

L'année 2023 a été marquée par un début précoce de la saison des tempêtes. On pense notamment au 2 novembre avec le passage de la tempête Ciarán, qui reste "l'événement le plus important de l'année, où on a dépassé les 207 km/h à la Pointe du Raz", relève Stéven Tual. Une tempête historique ayant causé de nombreux dégâts en Bretagne, suivie des tempêtes Domingos puis Frederico.

Pour rappel, "on a eu des rafales entre 140 et 160 km/h dans le Finistère, 120 à 140 km/h dans les Côtes-d’Armor, 110 à 140 km/h dans le Morbillan, et 100 à 120 km/h pour l'Ille-et-Vilaine", détaille Stéven Tual. 

Lire aussi : Tempête Ciaran. Pourquoi l'état de catastrophe naturelle n'est-il pas reconnu en Bretagne

Les phénomènes venteux se sont enchaînés en novembre. Malgré les fortes précipitations de ce mois-là et du mois de décembre, il n'y a pas eu d'inondation. "Cela montre que les fortes chaleurs et la sécheresse qu'on a eues au mois d'octobre ont une conséquence notable sur la végétation, sur les sols et sur les cours d'eau", regrette Stéven Tual.

"2023 est une année très chaude, où on a découvert que l’été pouvait durer jusqu’au 15 octobre. On a aussi découvert les 30 °C en octobre en Bretagne, ce qui est assez dingue", insiste le spécialiste.

Comme 2021 et 2022, 2023 s'inscrit dans ce que prédisent les scientifiques. "C’est la première fois où on a atteint la barre des +1,47 °C. Presque dix ans après les accords de Paris, l'objectif de non-dépassement des 1,5°C est quasiment atteint. Ce qui est plutôt problématique", conclut Stéven Tual.