INFOGRAPHIE. Coronavirus : l’évolution et les chiffres de l’épidémie en région Centre-Val de Loire

À l'heure du confinement dans les rues de Chartres, en Eure-et-Loir. / © Quentin Reix / PHOTOPQR/ECHO REPUBLICAIN/MAXPPP
À l'heure du confinement dans les rues de Chartres, en Eure-et-Loir. / © Quentin Reix / PHOTOPQR/ECHO REPUBLICAIN/MAXPPP

Alors que le pays se retrouve en confinement, la pandémie de coronavirus suit son évolution. Face à la multitude de chiffres qui tombent chaque jour sur le Covid-19, difficile de s’y retrouver. On fait le point sur les chiffres et les dates clés de l'évolution de l'épidémie.

Par Barbara Gabel et Cécile Mette

En France, au 26 mars 2020, 29 155 cas de coronavirus sont confirmés, plus de 3 300 cas graves sont hospitalisés en réanimation et 1 696 personnes sont décédées en milieu hospitalier, selon les chiffres de Santé publique France. La pandémie a donc provoqué 365 décès supplémentaires en vingt-quatre heures.


Chronologie de l'arrivée de l’épidémie en France

  • Le 24 janvier, on recense les premiers cas en France. Il s’agit de 3 patients d’origine chinoise ayant séjourné dans la ville de Wuhan, foyer d’origine du virus en Chine.
  • Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qualifie l’épidémie de coronavirus d’urgence de santé publique de portée internationale. On passe à 6 cas sur le territoire français.
  • Le 8 février, les autorités sanitaires confirment un 11e cas enregistré. Jusqu'à la fin du mois, les cas détectés sur le territoire concernent des personnes de retour d'une zone infectée ou des touristes étrangers en visite.
  • Le 28 février, la France passe au stade 2 de l’épidémie, qui a pour objectif de freiner la propagation du virus sur le territoire. La maladie se propage, on enregistre 57 cas.


L'évolution du nombre de cas en Centre-Val de Loire

   
 

Multiplication des cas avérés

  • Le 9 mars, on apprend que deux frères résidant en Eure-et-Loir ont été diagnostiqués positifs au coronavirus. L’un est scolarisé dans un collège à Chartres, l’autre dans un lycée à Nogent-le-Rotrou. Les deux établissements prennent des mesures de précaution mais restent ouverts.
  • Le 11 mars, l’Agence régionale de santé (ARS) du Centre-Val de Loire dénombre 20 cas avérés : 9 dans le Loiret, 6 en Indre-et-Loire et 5 en Eure-et-Loir. Un salarié de la centrale EDF de Belleville, dans le Cher, est testé positif ; résidant dans la Nièvre, celui-ci n'est finalement pas comptabilisé dans la région par l'ARS. 
  • Le 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et "jusqu'à nouvel ordre". Le même jour, un premier cas est détecté dans le département du Cher ainsi que dans le Loir-et-Cher. En l’espace de 24 heures, le bilan passe de 20 à 30 cas dans la région, dont 7 religieuses d'une congrégation de Rochecorbon, près de Tours.


Le passage au stade 3 

  • Le 14 mars, la France passe au stade 3 de l'épidémie. Il correspond à une circulation libre du virus sur le territoire, et vise l’atténuation des effets de la pandémie. L’ARS annonce 54 cas dans la région Centre-Val de Loire.
  • Le 15 mars, le nombre de personnes infectées bondit de 54 à 71 dans la région. En France, on recense 5 423 cas et 127 décès.
  • Le 16 mars, Emmanuel Macron annonce la mise en place d'un dispositif de confinement interdisant les déplacements. L'Europe ferme ses frontières ainsi que celles de l'espace Schengen. L’ARS fait état de 90 cas de coronavirus dans la région Centre-Val de Loire, qui reste toutefois la région de France métropolitaine la plus épargnée.
 


Premier décès dans la région

  • Le 17 mars, l'ARS annonce un premier décès en Centre-Val de Loire. Il s'agit d'un homme de 72 ans en Eure-et-Loir. La barre des 100 cas est dépassée dans la région (103 cas).
  • Le 18 mars, 128 cas sont confirmés dans la région. Le ministère de la Santé annonce que la moitié des 93 patients en réanimation en France ont "moins de 60 ans".
  • Le 19 mars, l'ARS confirme 157 cas dans la région (8 cas dans le Cher, 41 cas en Eure-et-Loir, dont 1 décès, 5 cas dans l’Indre, 41 cas en Indre-et-Loire, 12 cas en Loir-et-Cher et 50 cas dans le Loiret). Au total, la France compte plus de 10 995 cas de coronavirus. ​​​​
  • Le 20 mars, le nombre de cas en Centre-Val de Loire atteint 219 selon l'ARS. Au total, 10 personnes sont hospitalisées en réanimation.


Un deuxième décès en Eure-et-Loir

  • Le 21 mars, l'ARS confirme un deuxième décès, également en Eure-et-Loir. Au total, le nombre de cas confirmés en Centre-Val de Loire est de 254, dont 15 en réanimation. 
  • Le 22 mars, 291 cas sont confirmés dans la région (12 cas dans le Cher, 58 cas en Eure-et-Loir, dont 2 décès, 27 cas dans l'Indre, 64 cas en Indre-et-Loire, 28 cas en Loir-et-Cher et 102 cas dans le Loiret). Parmi ces cas, 21 sont en réanimation. En France, on déplore 674 morts du coronavirus, dont un premier médecin hospitalier.
  • Le 23 mars, le premier décès est enregistrés dans le Loiret, il s'agit d'un adjoint au maire de Chécy.
  • Le 24 mars, la France franchit la barre des 20 000 cas et des 1 000 morts. En Centre-Val de Loire, 450 cas sont confirmés dont 55 en réanimation. Au total, 8 personnes sont décédées (3 en Eure-et-Loir, 2 dans l'Indre, 2 en Indre-et-Loire, 1 dans le Loiret)
  • Le 25 mars, 561 cas sont confirmés en Centre Val-de-Loire dont 58 en réanimation. La région compte 5 décès de plus que la veille dûs au coronavirus Covid-19.
 


20 décès en Centre-Val de Loire

  • Le 26 mars, l'ARS communique le nombre de 645 cas confirmés en Centre-Val de Loire, dont 6 personnes du service de gériatrie de l’Ermitage du CHRU de Tours. Au total, 20 personnes sont décédées du coronavirus dans la région. En France, le nombre de décès en milieu hospitalier atteint le nombre de 1 696, dont une adolescente de 16 ans en Ile-de-France.
  • À compter du 27 mars, l'Agence régionale de santé ne communique plus le nombre de cas confirmés. "Il n'est plus un marqueur significatif de la présence du virus", précise l'ARS. "Nous passons désormais en surveillance syndromique, avec le même réseau de surveillance mobilisée habituellement pour la grippe."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus