Crise à l'OM : des menaces de mort au départ de Gattuso, retour sur 5 mois de chaos en sept actes

Résultats calamiteux, fronde des supporters, valse des entraîneurs... Le club olympien enchaîne les tempêtes depuis cet automne.

C'est le dernier épisode de la crise qui frappe l'OM depuis près de cinq mois. Gennaro Gattuso a quitté lundi le club olympien à la suite d'une séparation engagée "d'un commun accord". France 3 Provence-Alpes revient en cinq actes sur la tourmente dans laquelle la Commanderie est plongée depuis septembre dernier.

Acte 1 : menaces de morts et départ de Marcelino

Dimanche 17 septembre, l'OM connaît une première journée folle. Alors que le club enchaîne les mauvais résultats depuis la rentrée, une réunion houleuse avec les supporters, menée entre autres par le patron des South Winners, Rachid Zeroual dérape. La démission des dirigeants du club est demandée. Pablo Longoria, le président de l'OM affirme que des menaces de mort ont été proférées à son encontre et une enquête préliminaire est ouverte par le parquet de Marseille. Un temps évoqué, le départ du président est écarté. Mais cette première crise se solde par le départ de Marcelino, l'entraîneur du club ainsi que de son staff.

Acte 2 : Gennaro Gattuso arrive à la Commanderie

Une semaine après le départ de Marcelino, Gennaro Gattuso, ancienne légende du Milan AC devient le nouvel entraîneur du club. Son caractère "fou" et sa réputation de tout donner sur le terrain séduit. On le dit à même d'affronter les tempêtes. Mais l'italien n'est pas le sauveur escompté.

Acte 3 : des violences lors du match OM-OL

L'arrivée de Gattuso ne calme pas le climat de violence qui mine le club. Le 29 octobre, l'avant match entre l'OM et OL est émaillé d'incidents. Les bus des supporters et du staff lyonnais sont caillassés et un entraîneur est blessé. La rencontre est annulée. Un supporter marseillais écope d'une amende et un autre d'une peine de prison avec sursis.  

Acte 4 : l'élimination en Coupe de France

Les Olympiens avaient été jusqu'aux quarts en 2023, ils se sont arrêtés en huitièmes en 2024. Le 21 janvier, le club est éliminé par Rennes aux tirs aux buts (9-8).

Septièmes de Ligue 1 à ce moment-là, les joueurs voient le podium et les espoirs de qualification en Ligue des champions, dont ils ont été éjéctés dès le mois d'août, s'éloigner. "Les supporters ne sont pas fous, commentait sur franceinfo l'ancien attaquant Marc Libbra, ils ont l'impression que les mecs n’avancent pas, ne se donnent pas, et ils s’ennuient. L’ennui est mortel dans le football". 

Acte 5 : un mercato contesté

Pablo Longoria, réputé pour flairer les bons coups, a fait choux blanc avec les mercatos de la saison. "Il y a eu beaucoup trop d’erreurs sur des joueurs clés", analysait l'ancien secrétaire général à l'Olympique de Marseille Julien Fournier dans La Provence fin janvier. 

L'absence de sept joueurs partis disputer la Coupe d'Afrique des Nations, dont les précieux Chancel Mbemba, Amine Harit ou encore Azzedine Ounahi se fait aussi sentir. 

Plusieurs départs et arrivées n'ont pas été compris par les supporters marseillais. Dernier mouvement douloureux en date : le prêt de l'attaquant star de l'OM, Vitinha au Genoa.

Acte 6 : Pablo Longoria critiqué, le club porte plainte

Alors que les mauvaises performances de l'équipe plombent le moral des supporters, la tourmente se concentre sur les dirigeants du club, surtout Longoria.

Dans l'émission After foot du 12 février dernier, le journaliste Stéphane Guy dézingue la gestion du président Pablo Longoria : "Le poisson pourrit par la tête, dans le football comme dans le reste. En ce moment, Longoria est perdu, on sent qu’il n’y a pas de tête à l’OM. Déjà que quand il n’était pas très contesté, il était contestable, alors maintenant qu’il est de plus en plus contesté, il est de moins en moins incontestable", lâche Stéphane Guy dans l'émission.

Le club réagit avec "stupeur" aux propos du journaliste et annonce que "suite aux accusations calomnieuses et diffamantes portées contre lui, Pablo Longoria a immédiatement saisi son conseil pour déposer une plainte en diffamation".

La direction ne se gêne pas de son côté pour tacler les joueurs comme lorsque Mehdi Benatia tombe sur Jonathan Clauss, à propos duquel il dit avoir été "mis en garde". 

Acte 7 : Gattuso vers la sortie 

Loin d'avoir été redressés par l'Italien, les résultats de l'OM se sont en fait dégradés durant les cinq mois de l'encadrement de Gattuso. Pointant à la 9ème place au classement, l'OM n'a ainsi gagné aucun de ses cinq premiers matchs de 2024 en L1. C'est selon l'Equipe  seulement la troisième fois dans l'histoire du club, après les années 1956 et 1978, que l'Olympique de Marseille entame aussi mal une année civile. Dimanche soir, le club Olympien s'est incliné (1-0) face à Brest. La défaite de trop pour Gennaro Gattuso qui va quitter le club via une "rupture à l'amiable."