Trois fusillades en une semaine, deux morts liés au trafic de drogue : pourquoi cette escalade de la violence à Dijon et environs ?

Quatre faits divers liés au trafic de drogue ont eu lieu en une semaine au sein de l'agglomération dijonnaise. Parmi les causes de cette escalade de la violence : l'arrivée de "groupes extérieurs" de gérants de points de deal, qui souhaiteraient s'approprier le marché dijonnais, selon une source policière syndicale.

Ce sont des faits qui se sont multipliés depuis ce mercredi 13 mars à Dijon et son agglomération, en Côte-d'Or. Trois fusillades et une agression au couteau en une semaine, dans différents quartiers de la métropole dijonnaise. Avec, en toile de fond, le trafic de drogue.

Pourquoi assiste-t-on à une escalade des faits de violence ces derniers jours ? Ce mercredi 20 mars, un homme a été blessé par balles dans le quartier des Grésilles. Une semaine plus tôt, mercredi 13 mars, une fusillade s'est déclenchée dans le quartier de la Fontaine d'Ouche. Un homme a été blessé au bras. Dans la nuit du jeudi 14 mars au vendredi 15 mars, c'est un jeune homme de 19 ans qui a été poignardé sur la commune de Talant et qui a succombé à ses blessures. Enfin, dimanche 17 mars, toujours à Talant, dans le quartier du Belvédère, un jeune de 15 ans a été tué par balles sur un point de deal.

L'arrivée "de groupes extérieurs" pour "s'approprier" le trafic dijonnais

Pour Cédric Bovrisse, secrétaire départemental du syndicat Alliance police nationale, l'un des facteurs est "l'arrivée de groupes [de trafiquants] extérieurs" à Dijon qui souhaitent "s'approprier" les marchés de l'agglomération dijonnaise. "Il y avait déjà des équipes locales qui se tiraient un peu la bourre, et il y a désormais de plus grosses équipes. Parmi celles-ci, certains viennent potentiellement de Marseille, décrit l'intéressé. À Dijon, les points se sont professionnalisés. Ils peuvent rapporter plusieurs milliers d'euros par jour. Ils peuvent sembler plus faciles à prendre que des points de deal dans d'autres villes".

Des faits d'une ampleur rare dans l'agglomération dijonnaise. En novembre dernier, un père de famille avait également été tué d'une balle perdue dans le quartier Stalingrad à Dijon, alors qu'il se trouvait dans son appartement. Ce dernier était situé près d'un point de deal.

► À LIRE AUSSI"Tout le monde était couché par terre" : Un homme tué dans son appartement après des coups de feu à Dijon

Pour la suite, au-delà des renforts policiers ponctuels, le représentant syndical évoque la nécessité de prendre en compte une "chaîne complète" du trafic de drogue, au-delà des "opérations place nette". "Je ne veux pas entendre que les collègues ne sont pas sur le terrain, ils y sont tous les jours, et font face à des habitants exaspérés", défend Cédric Bovrisse.

Le préfet de Côte-d'Or, Franck Robine, a annoncé sur France 3 Bourgogne que 407 policiers étaient actuellement en renfort dans l'agglomération dijonnaise pour mettre un terme aux règlements de comptes.

Difficile de se procurer des chiffres sur les violences liées au trafic de drogue à Dijon. Sollicités, les élus dijonnais n'ont pas répondu à nos diverses sollicitations sur le contexte de ces derniers jours. Une conférence de presse est annoncée ce lundi 25 mars de la part du maire François Rebsamen, avant le conseil municipal.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité