Fusillades en série au Izards : le Procureur demande des moyens à hauteur de la 4ème ville de France

Depuis le début de l'année, les règlements de compte ont fait 3 morts et 6 blessés. Sept fusillades ont eu lieu à Toulouse, notamment dans le quartier des Izards. Le Procureur de la République, Dominique Alzéari, compte poursuivre sa lutte contre les réseaux de vente de stupéfiants.

Le 10 août une fusillade a proximité de la station de métro des Trois Cocus dans le quartier des Izards à Toulouse avait fait un mort et deux blessés.
Le 10 août une fusillade a proximité de la station de métro des Trois Cocus dans le quartier des Izards à Toulouse avait fait un mort et deux blessés. © MaxPPP
Le 11 août, juste à côté de la sortie de métro "Trois Cocus", une fusillade a lieu vers 23h chemin des Izards à Toulouse au milieu des passants. Un homme de 29 ans est mort et deux autres ont été grièvement blessés. Le début d'une longue série noire.

Sept fusillades en un mois

Trois jours plus tard, une nouvelle fusillade se déroule presqu'au même endroit, cette fois ne faisant pas de victimes. Et une autre le samedi suivant : un jeune homme de 29 ans est ciblé par des tirs, il sera blessé à la cuisse.
Le 24 août, encore une fois près de la station de métro "Trois Cocus", un jeune de 27 ans est abattu par balle. Transporté à Rangueil, il décèdera des suites de ces blessures. Deux suspects, d'une vingtaine et trentaine d'années sont arrêtés peu après, à l'issue d'une course poursuite lancée par la police et sont mis en examen. 
Le 7 septembre, une nouvelle fusillade dans le quartier Lalande au Nord de la ville cause la mort d'un homme et blesse grièvement une femme, qui se trouvaient stationnés dans une voiture au moment où ils ont été pris pour cible. Enfin, une sixième fusillade a lieu ce mercredi 16 septembre, toujours à la sortie de métro "Trois Cocus", blessant un jeune homme de 24 ans.


"Ne pas se résigner"

Dans une conférence de presse tenue ce vendredi, le Procureur de la République de Toulouse Dominique Alzéari a tenu à rassurer la population, "qui ne doit pas se résigner". 
 

Les opérations vont se poursuivre avec tous les services de l'Etat. La démarche est globale et permanente, pour démanteler les réseaux dans une guerre de territoires, souvent menée avec des armes.

Dominique Alzéari, Procureur de la République de Toulouse


Le Procureur de la République explique que "tous les services de gendarmerie et de police sont mobilisés, pour un maillage et un quadrillage permanent du territoire."  Il précise que les lieux de deals ont été identifiés et font l'objet "de contrôles pluri-quotidiens."
Mais pour les habitants qui vivent au quotidien cette recrudescence de violences par armes à feu, les inquiétudes sont bien présentes. Ce vendredi 18 septembre, plusieurs associations du quartier des Izards ont prévu de se rassembler autour d'un évènement nommé "Paix et Harmonie au quartier" place Micoulaud.

9 morts de règlements de comptes depuis deux ans

Selon les chiffres donnés par le Procureur de la République ce vendredi, il y a eu entre 2018 et 2020 32 règlements de comptes, qui ont causés la mort de 9 personnes et en ont blessées 35. Une violence accrue depuis le début de l'année : rien qu'en 2020,  3 personnes sont mortes et 6 ont été blessées. Depuis début janvier, 70 informations judiciaires ont été ouvertes pour trafic de stupéfiants ou blanchiment d'argent.

Renforts policiers et magistrats demandés

Durant sa conférence de presse, le Procureur de la République a également demandé des renforts de magistrats. Depuis 2019, seuls deux magistrats ont été nommés dans la ville rose. Il souhaite des moyens "à hauteur de la 4ème ville de France." 
Même discours du côté du maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc. Lui aussi milite pour l'obtention de renforts policiers dans la ville rose. Il s'est rendu le mardi 15 septembre au ministère de l'Intérieur afin d'obtenir entre 150 et 200 policiers supplémentaires.
Enfin, le Procureur est revenu sur la généralisation de l'amende forfaitaire délictuelle pour usage de stupéfiants (200 €) depuis le 1er septembre, qui devrait aussi permettre des avancées dans la lutte contre le trafic.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers drogue