Que faut-il savoir des trois candidats du second tour des régionales ?

© AFP - Pascal Guyot/VH
© AFP - Pascal Guyot/VH

Louis Aliot, Carole Delga et Dominique Reynié sont les trois têtes de liste pour le second tour des élections régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Qui sont-ils et que proposent-ils pour notre région ?

Par Véronique Haudebourg

Les candidats du second tour 

Pour comparer les programmes des candidats, c'est ici.

Louis Aliot pour le Front national


A la tête d'une liste Front national, Louis Aliot termine en tête du premier tour des régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées avec  31,83% des voix. Le candidat d'extrême-droite emporte 6 départements : le Tarn, le Tarn-et-Garonne, les Pyrénées-Orientales, le Gard, l'Hérault et l'Aude
 / © PASCAL GUYOT / AFP
/ © PASCAL GUYOT / AFP
A 46 ans, Louis Aliot, qui a grandi à Ax-les-Thermes est avocat au barreau de Perpignan depuis 2010. Il a été professeur de droit à l'Université de Toulouse Capitole de 1998 à 2005. Il est le compagnon de la n°1 du FN, Marine Le Pen. Sa mère, Thérèse est très impliquée dans les instances du FN en Ariège dont elle est la n°2. Elle a été d'ailleurs candidate pour les élections municipales.

Louis Aliot est devenu assez jeune un militant du FN, en 1990. Après en avoir été secrétaire général, il est aujourd'hui vice-président du parti frontiste. En Midi-Pyrénées, il a été conseiller régional de 1998 à 2010, date de son départ en Languedoc-Roussillon. Il y a d'ailleurs été élu conseiller régional en 2010, ainsi que conseiller municipal de Perpignan et député européen en 2014.

Pour la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Louis Aliot propose notamment la fin du TER à 1 euro et la gratuité des transports pour les chercheurs d'emplois et éventuellement les étudiants, la création de zones franches rurales, l'interdiction de suppressions d'emplois pour les entreprises subventionnées par la région, le refus d'installer des immigrés en milieu rural, la construction d'un TGV Bordeaux-Narbonne et Montpellier-Perpignan, la chasse comme activité essentielle de l'aménagement du territoire, la création d'un festival de musique gitanes à Perpignan, un protectionnisme régional dans le BTP. Le candidat FN donne peu de pistes de financement de ses mesures. 
Retrouvez tout le programme de Louis Aliot, ici.

Louis Aliot, invité spécial de La Voix est libre
Louis Aliot invité Voix est libre



La socialiste Carole Delga pour la gauche


La socialiste Carole Delga emmenait au premier tour une liste d'union PS-PRG, MRC et GE. Au second, elle fusionne avec la liste de Gérard Onesta EELV-FDG. Contredisant les sondages qui la donnait 3eme au premier tour de scrutin, Carole Delga résiste avec 24,41% des voix. Elle termine en tête dans 5 départements, les Hautes-Pyrénées, le Gers, l'Ariège, Le Lot et la Haute-Garonne. Elle est soutenue par le président du conseil régional sortant, le socialiste Martin Malvy.
 / © PASCAL GUYOT / AFP
/ © PASCAL GUYOT / AFP

Carole Delga est née à Martres-Tolosane et a grandi dans le Comminges. Elle a 44 ans, est fonctionnaire territorial. Elle a notamment travaillé à la mairie de Limoges, au syndicat des eaux de la Barousse, du Comminges et de la Save et au conseil régional de Midi-Pyrénées. Elle a également occupé des fonctions de chargée de mission auprès du directeur général adjoint chargé de l'aménagement du territoire, du développement économique et du développement durable.

Elle rejoint le parti socialiste en 2004 et est élue maire de Martres-Tolosane de 2008 à 2014. En 2010 elle est élue au conseil régional de Midi-Pyrénées puis députée de la 8eme circonscription de la Haute-Garonne en 2012. Une fonction qu'elle abandonne en 2014 lorsqu'elle devient secrétaire d'Etat au commerce, à l'artisanat, à la consommation et à l'économie sociale et solidaire. En 2015, elle quitte le gouvernement pour mener campagne pour les régionales (et redevient au passage députée). Un peu plus de 10 ans après son entrée en politique, Carole Delga a obtenu des mandats à quasiment tous les échelons français (sauf au département et aux européennes, des scrutins où elle ne s'est jamais présentée) et n'a jamais été battue.

Pour la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Carole Delga a pris la tête d'une liste d'union entre le PS, le PRG, le MRC et GE, soutenue officiellement par Martin Malvy, le président socialiste sortant de l'assemblée régionale de Midi-Pyrénées.  Baptisé "Notre sud", le programme de Carole Delga prévoit notamment des aides à l'investissement pour la création d'emplois, la création d'une écotaxe afin de taxer les poids lourds en transit international, de favoriser l'accès des petites entreprises aux commandes publiques en multipliant les avances de trésorerie, le soutien des filières de qualité comme la ganterie ou encore le vin et l'aérospatial, un plan Marshall pour le BTP. Egalement au programme la création de deux cités "start-up", l'une à Montpellier et l'autre à Toulouse, la priorité aux énergies renouvelables, 10 nouveaux lycées et des ordinateurs gratuits pour les lycéens...
Retrouvez tout le programme de Carole Delga, ici.

Carole Delga, invitée spéciale de la Voix est libre

Carole Delga, invitée de La Voix est libre

 

Dominique Reynié pour Les Républicains


Le candidat Les républicains Dominique Reynié fait son entrée en politique pour ce scrutin. Il brigue son premier mandat dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées à la tête d'une liste LR-UDI. Au premier tour, il arrive en 3eme place avec 18,84% des voix, un score qui le déçoit. Il termine en tête dans l'Aveyron et en Lozère et décide de se maintenir au second tour.

 / © Pascal Guyot / AFP
/ © Pascal Guyot / AFP

Dominique Reynié, 54 ans et natif de Rodez, est politologue. Agrégé de Sciences politiques, il enseigne à Sc Po à Paris. Depuis octobre 2008, il est directeur général de la Fondation pour l'innovation publique, un think thank de tendance libérale, proche du parti Les Républicains. Le grand public le connaît notamment pour ses nombreuses interventions dans l'émission C dans l'Air de Yves Calvi sur France 5. Jusqu'en 2012, il a assuré une chronique hebdomadaire sur France Culture intitulée Le monde selon Dominique Reynié. 

Ses travaux portent sur les transformations du pouvoir politique, l'opinion publique et ses manifestations, les mouvements électoraux, en France et en Europe. Il a travaillé en tant qu'universitaire sur les effets du vieillissement démographique du continent européen sur les flux migratoires. Il s'est positionné à titre personnel en faveur du mariage homosexuel. Il prône la création de richesses par l'entreprise et l'innovation, la décentralisation, la démocratie représentative.

Ce scrutin régional marque l'entrée en politique de Dominique Reynié qui brigue pour la première fois un mandat électoral. Il a été désigné tête de liste pour LR et l'UDI après de vives discussions. Son éligibilité est remise en question notamment par le sénateur LR Jean-Pierre Grand.

Pour la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Dominique Reynié propose entre autre un plan annuel Routes des Territoires de 200 millions d’euros pour la réalisation d’infrastructures routières, soutient la 2eme rocade et la 3eme ligne de métro à Toulouse. Il veut également achever la desserte autoroutière ou à 2×2 voies Toulouse-Auch et Toulouse-Castres et la fin du tout rail. Le candidat LR prévoit de réformer l'attribution des subventions régionales, et de réduire les coûts de fonctionnement de l'institution. Le fil rouge de son programme est un choc d'investissement pour les entreprises, l'emploi et la croissance ainsi que 650 millions de nouveaux investissements, en pus des 450 déjà engagés. Dominique Reynié s'appuie également sur le concept de blue ecology qui marie croissance et écologie notamment dans le traitement des déchets (dont le recyclage du marc de café usagé), un grand programme de retenue d'eau...

Retrouvez tout le programme de Dominique Reynié, ici

Dominique Reynié, invité spécial de La Voix est Libre

La Voix est Libre Dominique Reynié

 



 

Sur le même sujet

Les grandes leçons de Montpellier Danse à Montaud

Les + Lus