Maire d'Avallon incarcérée pour trafic de drogue : Jamilah Habsaoui "doit démissionner" selon une élue d'opposition

Les groupes d'oppositions sont partagés à la suite de l'annonce de la mise en retrait de la maire d'Avallon (Yonne). Lundi 13 mai, lors du premier conseil municipal depuis la mise en examen de Jamilah Habsaoui, "Mon parti, c’est Avallon" s'est dit satisfait de l'annonce de l'édile. L'élue indépendante Aurélie Farcy réclame, elle, sa démission.

Les élus d'oppositions sont partagés, certains plus en colère que d'autres. Ce lundi 13 mai, le premier conseil municipal d'Avallon (Yonne) depuis la mise en examen de sa maire pour "détention et complicité d’offre ou de cession de stupéfiants" s'est tout de même déroulé dans le calme, et ce, malgré une grosse annonce : Jamilah Habsaoui s'est mise en retrait de son rôle d'élue, sans démissionner.

► À LIRE AUSSI - Mise en examen pour trafic de drogue, la maire d'Avallon Jamilah Habsaoui vient de sortir de prison "soulagée, très soulagée"

Dans un communiqué à date du 9 mai, elle a nommé sa première adjointe, Léa Coignot, comme son, successeur, "dans l'attente des éléments de l'enquête qui dissiperont tous les doutes." Cette annonce est attendue par certains élus d'oppositions, comme Sonia Patouret, membre du groupe "Mon parti, c’est Avallon".

"Avec les personnes de notre groupe, c'est ce que nous demandions depuis le départ, donc, nous sommes satisfaits. On va pouvoir travailler sereinement au sein de ce conseil, et c'est ce qui s'est passé ce soir." explique-t-elle à nos micros. Une autre élue est en revanche opposée à cette décision prise par Jamilah Habsaoui.

Aurélie Farcy, conseillère municipale indépendante, a pris la parole en fin de conseil pour demander la démission de l'édile, en précisant que "la situation n'est pas normale, elle est grave. Notre ville ne peut pas être gérée par une absente. Si elle se met en retrait, Madame la maire doit démissionner." La séance a été immédiatement suspendue après cette intervention.

Le silence de la majorité également fustigé

Elle a donc fustigé le silence de la majorité municipale. "Je savais bien que ma question n'aurait pas d'échos ce soir, par manque de courage je pense", a-t-elle ajouté. Aucun représentant du groupe de Jamilah Habsaoui n'a souhaité s'exprimer.

Pour rappel, la maire d'Avallon a été placée en garde à vue le 7 avril dernier, puis mis en détention au terme d'une enquête de plusieurs mois. 70 kilos de cannabis, un kilo de cocaïne, 20 ligots d'or (18 étaient au final des faux), et 7 000 euros en argent liquide ont été retrouvés dans le domicile familial.

► À LIRE AUSSI - ENTRETIEN. Cannabis, cocaïne et lingots d'or : la maire d'Avallon "potentiellement mise en cause" pour détention de stupéfiants, selon le procureur

Jamilah Habsaoui a toujours clamé son innocence. Cinq autres personnes ont été interpellées avec elle, dont ses deux frères, Rachid et Benaïssa. Le premier a reconnu avoir contribué aux trafics. En revanche, il a nié toute implication de sa sœur. Le second a été remis en liberté fin avril.

La maire d'Avallon a également effectué une demande de remise en liberté, mais elle a été rejetée par le parquet. Dans sa première communication aux médias depuis le début de l'affaire, elle a réaffirmé son innocence avant d'expliquer qu'elle a "confiance en la justice de la République, à laquelle j'assure mon entière coopération."

À ce jour, Jamilah Habsaoui reste présumée innocente des faits qui lui sont reprochés.

Avec Alexandre Debray et Guillaume Robin