Maire d'Avallon incarcérée pour trafic de drogue : Jamilah Habsaoui "se met en retrait" mais ne démissionne pas

Lundi 13 mai, lors du premier conseil municipal à Avallon (Yonne) depuis la mise en examen de Jamilah Habsaoui, la maire a fait annoncer qu'elle se mettait en retrait mais ne démissionnerait pas.

Il avait été reporté, par la force des choses. C'est ce lundi 13 mai 2024 qu'a eu lieu le premier conseil municipal d'Avallon depuis la mise en examen de Jamilah Habsaoui, impliquée dans une affaire de trafic de drogue. Dans un communiqué en date du 9 mai, lu par sa première adjointe, la maire a annoncé se mettre en retrait de son rôle d'élue, sans démissionner.

► À LIRE AUSSI - Incarcérée pour trafic de drogue, la maire d'Avallon Jamilah Habsaoui vient de sortir de prison

L'adjointe en question, Léa Coignot, récupère donc temporairement la fonction de maire. A noter que la mise en retrait de Jamilah Habsaoui implique la suspension de ses indemnités. Selon nos journalistes présents sur place, le conseil se déroule dans le calme, même du côté de l'opposition et du public. Une élue d'opposition, Aurélie Farcy, a toutefois pris la parole au micro pour demander la démission de Jamilah Habsaoui.

Elle dit avoir "confiance en la justice"

Pour rappel, Jamilah Habsaoui avait été arrêtée le 7 avril dernier et placée en détention provisoire au terme de 72 heures de garde à vue. Dans son domicile familial, les gendarmes avaient découvert et saisi 70 kilos de cannabis, un kilo de cocaïne, 20 lingots d'or (dont 18 faux) et 7 000 euros en argent liquide.

► À LIRE AUSSI - Drogue et argent saisis chez la maire d'Avallon : Jamilah Habsaoui, trois semaines de détention et trois questions

Cinq autres personnes sont mises en cause dans l'affaire, dont les deux frères de Jamilah Habsaoui, Rachid et Benaïssa. Le premier a reconnu avoir pris part au trafic de drogue, niant toute implication de sa soeur. Le second a, lui, été remis en liberté fin avril.

Jamilah Habsaoui avait elle effectué une demande de remise en liberté, rejetée fin avril. Dans un communiqué que nous avions consulté le 7 mai, elle affirmait avoir "confiance en la justice de la République, à laquelle [elle] assure [s]on entière coopération, pour que se manifeste la vérité et que [s]on innocence soit officiellement reconnue".

Nos articles sur l'affaire Habsaoui