Elections régionales 2021 en Bretagne : qui sont les têtes de listes et quels sont leurs programmes ?

Il y a 13 listes en lice pour les élections régionales 2021 en Bretagne qui se tiendront les 20 et 27 juin. Présentation des forces en présence dans cette infographie, avec l'esprit de leurs programmes.

Les élections régionales 2021 se tiendront les 20 et 27 juin. C'est ce lundi 17 mai que les candidats devront avoir déposé leur liste officielle, mais, sauf surprise, on connaît déjà les forces en présence pour le scrutin en Bretagne.

Il y a 13 listes en lice en Bretagne, dont certaines sont issues de la majorité au conseil régional. C'est le cas des listes du président sortant, Loïg Chesnais-Girard, et de celle de son ancien vice-président chargé de l'environnement, Thierry Burlot. Le premier est investi par le PS, tandis que le second, qui sortirait en tête au premier tour selon un sondage, reçoit le soutien de LREM.

Du côté des écologistes et des régionalistes, les voix pourront se répartir entre plusieurs listes.

Il y a Claire Desmares-Poirrier, à la tête d'une liste d'union englobant EELV et l'UDB, avec en face le maire de Langouët, Daniel Cueff, qui se lance sans étiquette. Les régionalistes sont également représentés par le jeune Parti Breton, dont le porte-parole est Joannic Martin.

Dans cet échiquier politique fracturé, l'abstention sera "l'adversaire invisible" des candidats. La mobilisation pour les deux scrutins, Départementales et Régionales, est un véritable enjeu alors que la crise sanitaire va encore limiter la campagne.

En 2020, les élections municipales ont enregistré un taux record d'abstention : 58,4 %. 

Il est le président sortant de la Région Bretagne. Il a succédé à Jean-Yves Le Drian lorsque ce dernier est entré au gouvernement de Manuel Valls, sous la présidence de François Hollande. Ce jeune président de région reste méconnu des Bretons.

Le pitch de votre programme ?

"Je suis pour une Bretagne qui produit, qui nourrit, tout en intégrant les enjeux du développement durable. Je veux les usines et l'écologie. Je veux plus d'emplois et moins de carbone. Je veux également une Bretagne du quotidien impliquée dans la santé, le logement, l’emploi et la mobilité."

C'était le vice-président de Loïg Chesnais-Girard à la Région, chargé de l'environnement. Il a été investi par LREM. Sa liste est composée, selon ses dires, d' "1/3 de centre gauche, 1/3 de centre droit et 1/3 de société civile."

Le pitch de votre programme ?

 "L’emploi et surtout celui des jeunes. Et faire de la Bretagne, la région du bien vivre. Les Bretons doivent avoir un logement là où ils travaillent. Et puis la Bretagne doit absolument rester une terre de solidarité."

Battue aux élections législatives de 2017, mais brillamment élue maire de Vitré dès le premier tour en juin dernier, l’ancienne parlementaire a été investie par Les Républicains pour ces élections régionales 2021.

Le pitch de votre programme ?

"L’emploi, c’est ce qui détermine tout. Pour moi, c’est cela la base du développement durable." Isabelle Le Callennec défend un triptyque : le développement économique, la cohésion sociale et la transition écologique.

Gilles Pennelle, enseignant dans un lycée agricole, est le chef de file du Rassemblement national en Bretagne, élu conseiller régional en 2015. Il est l'homme qui grappille des voix pour Marine Le Pen dans la région, élevée au rang de "terre de mission" pour le RN. Il cumulera la campagne pour les régionales avec celle des départementales en Ille-et-Vilaine.

Le pitch de votre programme ?

"Un président de Région est une personnalité politique importante qui a son mot à dire sur les questions de sécurité. Il faut aussi que la Région arrête de financer des associations immigrationnistes."

Ecologistes et régionalistes font à nouveau cause commune pour ces élections régionales en Bretagne. Claire Desmares-Poirrier a déjà mené des campagnes, auprès du groupe écologiste de la région Nord-Pas-de-Calais. Elle est installée en Bretagne depuis une dizaine d'années, où elle a ouvert un café-librairie et une exploitation de plantes bio.

Le pitch de votre programme ? 

"De l’écologie : passer la Bretagne au vert. Miser sur la recherche et l’enseignement supérieur pour développer les matériaux de demain, l’économie circulaire et les nouvelles énergies. Développer les transports en commun… On souhaite aussi plus d’autonomie, plus de solidarité entre les territoires, entre les générations… Il faudra aider le tourisme après cette crise, aider aussi les jeunes à entrer sur le marché du travail."

Pierre-Yves Cadalen représentera La France Insoumise dans le Finistère, et sera tête de liste pour la Bretagne avec son binome Marie-Madeleine Dore-Lucas. Cet enseignant de 28 ans était candidat pour le parti de Jean-Luc Mélenchon à la mairie de Brest en 2020, et avait également candidaté pour les législatives en 2017.

Le pitch de votre programme ? 

"Ce qui est fondamental, c'est d'ouvrir une nouvelle page pour la Bretagne et de construire les conditions d'un nouveau modèle de développement économique. Nous pensons qu'il faut tourner la page de l'influence démesurée du lobby agro-industriel à la Région."

C'est un "vétéran" de l'écologie en Bretagne qui se présente aujourd'hui hors des partis, en espérant réunir "toutes les bonnes volontés". L'ancien vice-président de la Région (2010-2015) et maire de Langouët est l'un des premiers à avoir pris en arrêté anti-pesticide dans sa commune, érigée en exemple pour sa politique écologiste.

Le pitch de votre programme ? 

"La région a une vocation de coordination des collectivités, des entreprises et des associations ; et comme elle a une compétence économique reconnue de par la loi, comme elle a une gestion de certains volets de la politique agricole commune, on a des leviers pour rassembler les Bretons autour de challenges."

Joannic Martin est le porte-parole du Parti Breton. Ce fonctionnaire territorial de 28 ans a déjà été candidat aux législatives de 2017, et aux municipales de 2020 à Saint-Brieuc.

Le pitch de votre programme ? 

"Nous avons quatre objectifs. Obtenir un vrai statut pour la Bretagne en impulsant une collectivité unique, une Assemblée de Bretagne ; ne pas opposer économie et environnement ; veiller à l’équilibre des territoires et anticiper d’avantage nos besoins économiques."

C'est la troisième fois que Valérie Hamon est désignée tête de liste Lutte Ouvrière pour les élections régionales en Bretagne. Elle est ouvrière dans les ateliers de maintenance de la SNCF, après avoir été conductrice de train et exercé plusieurs "petits boulots" auparavant.

Le nom de la liste le résume, l'objet de Lutte Ouvrière, d'élections en élections, est de "faire entendre les travailleurs". La crise sanitaire, "miroir des inégalités sociales", sera au cœur de la campagne pour ces Régionales 2021. Cette dernière a souligné le manque de moyens, dans le domaine de la santé notamment.

David Cabas est éducateur de vie scolaire dans un établissement de Ploërmel, dans le Morbihan. Il est le responsable de Debout le France, le mouvement dirigé par Nicolas Dupont-Aignan.

Le programme en trois mots :

Paris et les responsable politique ont abandonné certaines zones de la Bretagne. Nous constatons la multiplication des actes de violences en ville comme à la campagne. Debout La France s’oppose à l’invasion des éoliennes en Bretagne.

Cette liste souverainiste est représentée par Yves Chauvel, responsable d'une entreprise audiovisuelle, passionné d'histoire. Il souhaite plus d'autonomie pour la région, et une Bretagne a cinq départements qui incluraient la Loire-Atlantique.

Le pitch de votre programme ? 

"Nous sommes pour la fusion des départements avec la Région. Il faut simplifier notre mille-feuille administratif. La Bretagne doit se doter d'un fond souverain. J'en ai vu tous les avantages en Californie où j'ai travaillé. En cela Singapour est aussi un modèle. Autrefois, ville-état pauvre, le pays présente aujourd'hui un des niveaux de vie les plus élevés au monde."

Deux autres listes ont également été déposées ce mardi 18 mai en Préfecture : 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections