Bannière résultats municipales

Résultats Municipales à Strasbourg : l'écologiste Jeanne Barseghian élue avec 41,7%

Le second tour des élections municipales à Strasbourg (Bas-Rhin) a eu lieu le dimanche 28 juin. Et contre toute attente, c'est l'écologiste Jeanne Barseghian qui a été élue maire avec 41,7% des voix, devant Alain Fontanel (34,9%) et Catherine Trautmann (23,3%).

Jeanne Barseghian s'exprime devant son QG de victoire, le dimanche 28 juin 2020.
Jeanne Barseghian s'exprime devant son QG de victoire, le dimanche 28 juin 2020. © Christian Laemmel, France Télévisions
Le second tour des élections municipales s'est joué entre trois têtes de liste, à Strasbourg (Bas-Rhin), le dimanche 28 juin 2020. L'écologiste Jeanne Barseghian va s'installer dans la mairie que vous pouvez contempler dans la vue panoramique ci-dessous.
  
Sur France 3 Alsace, dès 22h15, les trois têtes de liste strasbourgeoises ont commenté les résultats du second tour en direct. Dans sa première allocution télévisée depuis son élection, la nouvelle maire Jeanne Barseghian s'est dit "émue et heureuse, et plein de gratitudes pour les Strasbourgeoises et les Strasbourgeois", sans oublier les abstentionnistes : "Je pense aussi à ceux qui ne se sont pas déplacés, je travaillerai avec eux, pour porter ce projet démocratique. Je sais qu'il faut justement recréer ce lien."

Interrogée par Renaud Hartzer, journaliste à France 3 Alsace, elle a commenté les premières estimations qui la mettent en tête : "Je suis surprise de constater cet écart, il faudra attendre de vérifier les chiffres définitifs. Mais les chiffres semblent similaires avec ceux du premier tour, ce qui confirme ce que nous avons remarqué sur le terrain avec mon équipe."
 
De leur côté, Catherine Trautmann (PS) et Alain Fontanel (LREM-LR) ont conjointement félicité Jeanne Barseghian pour sa victoire. La socialiste assure que "la ville est divisée. Nous l’avons vu dans la campagne, et les gens continuent de craindre la pandémie. Moi je suis heureuse d’avoir fait la meilleure campagne possible avec cette situation de crise. Nous allons constituer un groupe d’opposition et nous serons vigilants." Pour Catherine Trautmann, la faible participation est une conséquence de la politique du président de la République.

Alain Fontanel a été plus positif et il a salué le très bon résultat des Verts : "Ce qui a très bien fonctionné, c'est cette dynamique des Verts à Strasbourg et ailleurs en France. Nous avons vu que la peur de la pandémie était moins présente, mais que les électeurs ne sont pas venus voter malgré tout."
 
La nouvelle maire de Strasbourg a tenu à souligner : "Il ne s'agit pas de la victoire d'un parti politique, mais celle des idées et d'un renouveau démocratique, et surtout du lien entre écologie et justice sociale. Pendant notre campagne, nous avons organisé une co-construction de notre projet, pour rassembler beaucoup de citoyens, y compris des gens qui n'avait jamais fait de politique. C'est avant tout un changement de société, et ce soir, pour moi, c'est la confirmation de cela."

Et elle s'attend à être critiquée : "J'attends des Strasbourgeois, de toutes les forces vives, qu'ils soient exigeants avec leurs élus, je ne prétends pas avoir la science infuse. C'est une immense responsabilité que j'endosse avec humilité et respect, mais c'est pour faire bouger les choses, pour réussir la transition écologique."
 
La liesse des Verts au QG de Jeanne Barseghian, au café du TNS, le dimanche 28 juin 2020.
La liesse des Verts au QG de Jeanne Barseghian, au café du TNS, le dimanche 28 juin 2020. © Marie Coulon, France Télévisions

Au QG des Verts, au café du Théâtre national de Strasbourg (TNS), non loin de la place de la République, c'est la liesse dès 21 heures : Jeanne Barseghian est donnée en tête du second tour. 

Interrogée dès l'annonce de son élection, Jeanne Barseghian a assuré à la population strasbourgeoise qu'elle "serait à l'écoute de chacun". Ses priorités seront "l'urgence climatique, les inégalités sociales et le renouveau démocratique, qui m'oblige d'autant plus que le  niveau de participation a été faible ce soir".
  
Au QG des Verts, le dimanche 28 juin 2020.
Au QG des Verts, le dimanche 28 juin 2020. © Marie Coulon, France Télévisions

Selon le sondage de sortie des urnes IPSOS-Sopra Steria pour France Télévisions à 21 heures, Jeanne Barseghian l'emporte avec 42.5 % des voix, suivie d'Alain Fontanel à 34.3%. Catherine Trautmann arrive en dernière position avec 23.2%.

Jeanne Barseghian a réagi sur le très bon score des Verts, dont on prédisait l'échec à Strasbourg la veille encore : "Je me rends compte de ce mouvement de fond aujourd'hui, en France, qui nous dépasse, qui dépasse largement Strasbourg. C'est un signe de renouveau très fort, dans notre ville, en France et peut-être aussi ailleurs en Europe", a-t-elle déclaré dans un grand sourire.
 
La candidate Jeanne Barseghian (EELV) attend les résultats depuis le centre administratif de Strasbourg.
La candidate Jeanne Barseghian (EELV) attend les résultats depuis le centre administratif de Strasbourg. © Marie Coulon, France Télévisions

La députée Martine Wonner (Ecologie Démocratie Solidarité) a réagi avec grand enthousiasme : "C'est un grand bonheur, on voit que toutes les grandes métropoles en France ont basculé vers le vert. Je sais que la seule candidate qui pouvait rejoindre ces valeurs [de son nouveau parti EDS, ndlr], c'est Jeanne Barseghian."

Au même moment, au neuvième étage du centre administratif de Strasbourg, place de l'Étoile, Alain Fontanel et Jean-Philippe Vetter font grise mine. Ils sont concentrés sur leurs téléphones qui leur donnent les derniers résultats.
 
Alain Fontanel et Jean-Philippe Vetter (liste LREM-LR) au neuvième étage du Centre administratif, alors que Jeanne Barseghian arrive en tête du second tour des municipales à Strasbourg, le 28 juin 2020
Alain Fontanel et Jean-Philippe Vetter (liste LREM-LR) au neuvième étage du Centre administratif, alors que Jeanne Barseghian arrive en tête du second tour des municipales à Strasbourg, le 28 juin 2020 © Grégory Fraize, France Télévisions

Beaucoup d'observateurs pensaient que la faible participation aurait dû logiquement profiter à la liste la plus conservatrice dans une triangulaire entre Catherine Trautmann, Alain Fontanel, et Jeanne Barseghian. Traditionnellement, l'électorat le plus âgé n'est pas sujet à l'abstention.

La participation, comme vous pouvez le voir dans le graphique ci-dessous, s'est littéralement effondrée à Strasbourg par rapport aux dernières élections municipales en 2014 (14 points de moins à 17 heures) mais également, si on compare les chiffres avec ceux du premier tour le 15 mars dernier.
 
 

Les enjeux de la campagne

L'écologie a irrigué les enjeux de cette campagne. Avant la crise du coronavirus, et encore plus après, la place du vélo, de l'économie circulaire et locale, ou la végétalisation des places minéralisées ont été des thèmes majeurs. L'écologie se retrouve aussi dans la place du diesel en ville, qui devrait être interdit entre 2025 et 2030 selon les programmes.

Pour rappel, les têtes de liste déclarées en préfecture pour le second tour étaient :
La campagne a été riche, intense, et pleine de surprise. Le maire sortant, Roland Ries (ex-PS), ne se représente pas. Sa majorité municipale plurielle éclate en plusieurs candidatures. On trouve la plus attendue, celle de son premier adjoint Alain Fontanel (LREM), son "dauphin", incontournable depuis des années sur les grands dossiers strasbourgeois (marché de Noël par exemple). Les socialistes choisissent l'adjoint Mathieu Cahn, figure établie pour constituer une liste Faire ensemble Strasbourg, et l'adjointe Chantal Cutajar monte une liste citoyenne.

Les écologistes et communistes se tournent vers la conseillère municipale Jeanne Barseghian, moins connue, mais toute aussi motivée. L'écologie est aussi défendue en parallèle par une liste d'union de la France insoumise (LFI) et de Génération.s, Strasbourg en commun, emmenée par le binôme Kevin Loquais-Améris Amblard. L'un des premiers chocs de la campagne est le remplacement au pied levé de Thibault Gond-Manteaux, le candidat du Rassemblement national (RN, ex-FN), par Hombeline du Parc après avoir été rattrapé par son passé raciste.

Nouveau séisme quelques mois après. Mathieu Cahn se retrouve empêtré dans une affaire de photographies érotiques. Cumulée avec sa gestion de l'affaire des harcèlements à la Maison des associations, elle lui coûte la tête de la liste. Catherine Trautmann arrive alors, ou plutôt revient : sa première élection à la mairie de Strasbourg date de 1979. Elle subit vite un camouflet : Roland Ries préfère soutenir son premier adjoint LREM que la liste PS.

La liste de Jeanne Barseghian, Strasbourg écologiste et citoyenne, créé la surprise en s'imposant en tête du premier tour. Mais la droite, qui est représentée par le conseiller municipal d'opposition Jean-Philippe Vetter (LR), renverse l'issue du second. En s'alliant avec Alain Fontanel, arrivé deuxième (Vetter est quatrième), il le rend favori du second tour avec une liste Unis pour Strasbourg. Au prix du sacrifice de plusieurs colistières et colistiers du candidat En Marche.

Un coup de poker, alors qu'aucune alliance n'a pu être conclue entre les écologistes et les socialistes, en troisième position. Alain Fontanel est soutenu par Chantal Cutajar après son alliance, et la liste Strasbourg en commun appelle à voter pour Jeanne Barseghian.
 

Tous les résultats des municipales en direct sur France Info

Sur France Info, retrouvez le détail des résultats du premier tour des municipales à Strasbourg : voir aussi la carte ci-dessous. 
 


Le second tour des élections municipales de 2020 devait se dérouler originellement le dimanche 22 mars.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter