Régionales 2021 Grand Est : Jean Rottner (LR-UDI) largement en tête du 1er tour devant Laurent Jacobelli (RN)

Les résultats définitifs du 1er tour des régionales dans le Grand Est placent la liste de Jean Rottner (LR-UDI) en tête avec 31,15% des voix, devant les listes de Laurent Jacobelli (RN) 21,12%, d'Eliane Romani (EELV-PS-PCF) et de Brigitte Klinkert (LREM-MoDem). Filippetti est cinquième du scrutin.

Jean Rottner, président sortant (LR) de la région Grand Est.
Jean Rottner, président sortant (LR) de la région Grand Est. © Jean-François Frey/MaxPPP

La liste conduite par Jean Rottner (LR/UDI), président sortant, arrive nettement en tête du premier tour des élections régionales dans le Grand Est, avec 31,15% des suffrages selon les résultats définitifs, ce dimanche 20 juin. Elle devance celles de Laurent Jacobelli (RN) 21,12 %, d'Eliane Romani (EELV-PS-PCF) 14,6% et de Brigitte Klinkert (LREM-MoDem) 10,77%. 

Ces quatre listes sont donc qualifiées pour le second tour, dans le cadre d’une probable quadrangulaire. La liste d'Aurélie Filippetti (LFI/Gen.s) arrive en cinquième position avec 8,64%, devant celle de Florian Philippot 6,95%. Suivent celles de Martin Meyer (REG), 3,67% Louise Fève (LO) 2.6%  et Adil Tyane (UDMF) 0,49%. 

Avec une abstention record de 70,38%, %, les électeurs ont massivement boudé les urnes sur l'ensemble du territoire regroupant les anciennes régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne. Il s'agit même du plus haut taux des treize régions métropolitaines, selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria. Au niveau national, elle s'élève à 66,1%, en hausse de 16 points par rapport au premier tour des élections régionales de 2015. 

Le même jour a été organisé le premier tour des élections départementales qui concerne 9 départements dans le Grand Est : Collectivité européenne d'AlsaceAube, Ardennes, Haute-Marne, Marne, Meuse, Meurthe-et-Moselle, MoselleVosges)

L'abstention la plus forte dans le Grand Est

Le Grand Est est la région avec le plus fort taux d'abstention. A 17 heures les taux de participation par département oscillaient entre 15,06 % (en Moselle) et 28,19 % (Vosges). Les bureaux de vote étaient ouverts de 8 heures à 18 heures, et jusqu'à 20 heures dans les grandes villes. 

Vers une quadrangulaire au second tour, faute de fusion

Les divisions du premier tour  perdureront au second, la liste écologiste d'Eliane Romani ayant annoncé lundi qu'elle ne fusionnerait pas avec celle d'Aurélie Filipetti (ex-PS), tandis qu'à droite, deux listes se maintiennent également.

A droite et au centre, la liste de Jean Rottner devra composer avec celle du Divers centre menée par Brigitte Klinkert, ministre de l'Insertion, soutenue par LREM. Arrivé en tête du premier tour (avec près de six points par rapport au score réalisé par son parti au premier tour des régionales de 2015), le président sortant de la région avait déjà annoncé qu'il n'y aurait pas de fusion avec la liste de l'ancienne présidente (LR à l'époque) du conseil départemental du Haut-Rhin.

"Je tends la main à tous les démocrates et républicains. Je serai engagé avec la même équipe la semaine prochaine", assure-t-il ce dimanche soir. "J'espère mobiliser plus que jamais pour le second tour. je serai soulagé dimanche prochain. Mon objectif, c'est de ne pas permettre au RN d'être à la tête de la région". Brigitte Klinkert s'est dit "déçue du score, mais très fière de la campagne menée. J'appelle les électeurs à se mobiliser. J'attends les résultats définitifs, et nous prendrons une décision", sur un maintien ou non de sa liste le 27 juin.

Ce lundi 31 juin, elle a confirmé maintenir sa liste. "Avec 70% d’abstention, le record national, le malaise est criant dans notre région. Face au doute démocratique, nous avons le devoir de nous battre jusqu’au bout pour nos idées et notre projet. C’est ce que nous ferons en restant fidèles à ceux qui nous ont fait confiance en maintenant notre liste au 2nd tour."

A la droite de la droite, la liste Rassemblement national de Laurent Jacobelli (qui conduisait celle de Debout la France en 2015), donnée en tête par les sondages, est arrivé en deuxième position. Créditée de 21,12%, elle réalise un score bien plus bas que celui du parti de Marine Le Pen arrivé en tête dans le Grand Est, lors du premier tour des précédantes régionales avec 36.06%. Une chute de près de 15 points.

Elle faisait face à celle, concurrente, de Florian Philippot (Les Patriotes) qui menait, lors des régionales 2015, celle du FN. Florian Philippot, sixième, a exclu une fusion avec Laurent Jacobelli, lors du débat du 1er tour diffusé sur France 3 Grand Est. Il a confirmé ce choix ce 20 juin. "Rien ne me satisfait dans l'offre du second tour, les électeurs feront ce qu'ils veulent. Je ne fais aucun choix."

Cette décision n'a pas empêché Laurent Jacobelli, qui "ne croit pas au mariage forcé", d'appeler "ses électeurs à voter pour nous". Son score, bien plus bas que celui réalisé par le FN en 2015, ne serait pourtant pas un revers selon lui."Ce qui est la douche froide, c'est le taux d'abstention. Nos concitoyens n'aiment pas le Grand Est, ne veulent pas du Grand Est. C'est cela qui explique le taux d'abstention. Nous avons des réservoirs de voix, les compteurs sont remis à zéro".

A gauche, Eliane Romani, soutenue par François Hollande au dépend d'Aurélie Filippetti, ex ministre de ce dernier, arrive en troisième position. "On a vocation à élargir ce rassemblement que je conduis au second tour. Les discussions sont engagées, avec Aurélie Filippetti. Une nouvelle dynamique peut s'ouvrir", promet-elle.

C'est ce qu'indiquait un peu plus tôt ce dimanche soir Aurélie Filippetti, dont la liste est arrivée cinquième. "Les discussions vont commencer et durer une partie de la nuit. Nous avons fait mentir les sondages. Nous avons un projet pour le Grand Est. En additionnant nos forces, nous passons devant le RN" estime cette dernière.

Mais au lendemain de ces déclarations, aucun accord n'a été trouvé. "Nous ne pouvons pas nous maintenir au second tour mais nous étions prêts à travailler avec la liste d’Eliane Romani. Dans ces circonstances, c’est à la liste arrivée en tête de faire des propositions : il n’y en a eu aucune. Malheureusement, de nouveau, nous nous sommes heurtés à un mur et au refus de prendre en compte les idées et la nouveauté incarnée par l’Appel Inédit. C’est dommage car si une main avait réellement été tendue, nous aurions été ravis de la saisir", regrette Aurélie Filippetti annonce dans un communiqué. 

Eliane Romani, rejette quant à elle, la faute sur la liste adverse. "Animés par la volonté de rassembler, nous avons tendu la main aux personnes pouvant se reconnaître dans un projet partagé, avec l’espoir de réunir nos forces et bâtir un avenir commun. Nous regrettons que cet espoir se soit heurté à une conception différente de la vie politique et du respect du travail collectif."

Pour se maintenir au second tour, une liste doit obtenir 10% des suffrages exprimés. Entre 5 et 10%, elles peuvent fusionner. Les listes doivent être déposées au plus tard mardi 22 juin à 18 heures.

Neuf listes présentes

169 sièges sont à pourvoir pour les six années à venir. 3.829.110 électeurs étaient inscrits pour départager les neuf listes en lice.

Les résultats 

Rappel des résultats du 1er tour des régionales en 2015

La liste conduite par Florian Philippot, à l'époque (FN), était arrivée en tête avec 36,06% des voix, devant celle de Philippe Richert (LR), 25,83%. La liste PS menée par Jean-Pierre Masseret complétait le podium, avec 16.11%. Le taux de participation avait atteint 47,91%, celle de l'abstention 52,09%.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections