Dans le Puy-de-Dôme, le Secours populaire s'inquiète des nouveaux contrats aidés