En direct LIVE minute par minute

Tirs au lycée Tocqueville de Grasse

Un élève du Lycée Alexis de Tocqueville à Grasse est entré dans l’établissement ce jeudi 16 mars, armé d'un fusil de chasse. Il a agressé pour des motifs qui restent à déterminer le proviseur et trois autres de ses camarades. Le bilan provisoire fait état de quatre blessés par plombs tous hospitalisés et de quatre autres victimes évacuées (choquées ou blessés par bousculade).

11:04

LES DERNIÈRES INFOS - Mis à jour le 17/03/2017 à 11:17

    Retour sur les réactions des politiques

    Intervenants : Najat Vallaud-Belkacem Ministre de l'Education nationale, Jérome Viaud Maire LR de Grasse, Christian Estrosi Président LR de la région PACA

    Le témoignage d'une lycéenne de Grasse

    "Des gens criaient et pleuraient" : des élèves du lycée de Grasse racontent la fusillade.

    Retour sur les faits

    Reportage TV diffusé au JT jeudi 16 mars

    Retour sur les faits et le profil du tireur présumé

    Une vidéo du compte Facebook de Killian montre une personne masquée manipulant une arme. Extrait :

    Le point complet sur l'affaire des tirs au lycée Tocqueville de Grasse

    Les faits
    Il  était 12h55. Le jeune lycéen s’est introduit dans une salle de classe du lycée Tocqueville de Grasse. Il cherchait visiblement un élève en particulier qui ne se trouvait pas à l’intérieur. Les élèves remarquant qu’il était armé ont alerté le proviseur. Le lycéen de 17 ans va alors tirer une ou plusieurs fois en direction d’un élève et va le blesser. C’est en s’interposant que le proviseur sera légèrement blessé au bras.
    Le jeune homme a été interpellé à 13h05 par les forces de l’ordre arrivées immédiatement. Le nombre des blessés légers s’élève à 10.

    Les armes
    Un fusil à pompe
    Des munitions
    Des armes de poing
    1 grenade
    Et un explosif fabriqué artisanalement

    Les motivations
    Le jeune homme, mineur,  avait des difficultés à s’intégrer dans l’établissement
    Il entretenait de mauvaises relations avec certains élèves ce qui pourrait être à l’origine des motivations de son geste « fou »
    Ces tirs n’ont aucun lien avec une entreprises terroriste.

    Selon les informations de Fabienne Atzori, procureur de la République

    Interview de la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem

    Il s'agit "visiblement de l'acte fou d'un jeune homme fragile et fasciné par les armes à feu", a abondé sur place la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem.

    Déclaration de Fabienne Atzori, procureur de la République

    La procureure de la République,  Fabienne Atzori, lors de sa conférence de presse, a affirmé que cet évènement n’avait « aucun lien avec une entreprise terroriste ». Elle a précisé que le lycéen «  entretenait de mauvaises relations avec certains élèves du lycée Tocqueville de Grasse » ce qui pourrait être à l’origine des motivations de son geste. Il avait également des difficultés à s’intégrer dans cet établissement.
    La procureur de la République a annoncé un bilan 10 personnes dont l'état de santé à nécessité des soins. 3 de ces 10 personnes ont été blessées par balle.

    “C’est un moment difficile pour la ville de Grasse, un événement qui blesse et qui choque. J’exprime ma reconnaissance aux forces de l’ordre et au proviseur qui s’est comporté de manière héroïque.”

    Jérôme Vaud, maire de Grasse

    Déclaration de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'éducation nationale

    "On est passé à côté du pire" a déclaré la ministre de l’éducation nationale. Il s’agit d’un acte fou d’une personne fragile fascinée par les armes à feu. Le bilan s’établit à 14 blessés légers. 

    Elle salue la rapidité des forces de l’ordre et le sang-froid des personnels de l’établissement, avec une pensée particulière pour le proviseur qui a été héroïque, blessé en s’interposant pour calmer le lycéen armé.

    Elle souhaite un bon rétablissement aux personnes hospitalisées suite à leurs blessures.

    Ce que l'on sait à 18h00

    On est passé à côté du drame, dit la ministre de l’éducation nationale. La ministre évoque un acte  fou d’une personne fragile fascinée par les armes à feu.
    Najat Vallaud Belkacem a une pensée pour le proviseur qui s’est comporté de manière héroïque

    On dénombre actuellement 14 blessés légers au total. 4 personnes dont le proviseur ont été blessées par les tirs. 10 lycéens ont été blessés lors des bousculades et sont pris en charge à l’hôpital.

    Les faits sont survenus à 13h00. Le suspect était armé d’un fusil, de deux armes à poing et de deux grenades.

    L’auteur présumé des tirs est âgé de bientôt 17 ans. Il est scolarisé au lycée de Tocqueville à Grasse. 

    Le suspect a été interpellé très rapidement par les forces de l’ordre qui sont arrivées sur place d’une minute à l’autre. Il est au commissariat de Grasse en garde à vue

    Une équipe du raid est intervenue

    Une cellule psychologique a reçu tous  les élèves choqués par l’évènement.

    Ce que l'on sait à 16h30

    Le proviseur du lycée a été blessé en tentant de s’interposer pour calmer le jeune homme armé. Il avait été informé qu’un lycéen lourdement armé était  à l’intérieur de l’établissement scolaire Il a été blessé légèrement aux membres supérieurs.

    Le tireur présumé est en garde à vue à Grasse. Agé de 17 ans , il était scolarisé en 1ere au lycée de Tocqueville de Grasse.

    Le bilan est de 8 blessés légers , dont 3 par des tirs.

    Le parquet de Grasse donnera une conférence de Presse à 17h30.

    La ministre de l’Education nationale a atterri à Grasse. Elle se rendra au commissariat puis au lycée et à l’hôpital.

    François Hollande a cité l’agression de Grasse notamment pour justifier le maintien de l’état d’urgence en France jusqu’au 15 juillet.

    Christian Estrosi, président du Conseil régional de PACA demande des moyens humains supplémentaires pour sécuriser et filtrer l’accès au lycée.

    Image de l'évacuation devant le lycée Tocqueville de Grasse
    Image de l'évacuation devant le lycée Tocqueville de Grasse - AFP

    Image de l'évacuation devant le lycée Tocqueville de Grasse

    Image de l'évacuation
    AFP

    La ministre de l’Education nationale a atterri à Grasse

    Najat Vallaud-Belkacem va se rendre au commissariat de police. Elle ira ensuite au lycée de Tocqueville, pour se rendre à la cellule medico- psychologique mise en place.
    Elle s’entretiendra avec le proviseur, les enseignants et les élèves.
    Elle a prévu une rencontre avec les personnels de la mairie et une visite à l’hôpital au chevet des personnes légèrement blessées.

    Réaction de Christian Estrosi, président de la région PACA

    Il estime « inconcevable » qu’un lycéen puisse rentrer avec des armes dans un établissement scolaire. Il demande une entrevue rapide à la ministre de l’Education nationale et au Préfet pour leur « demander des moyens humains supplémentaires ». Il s’agit d’opération de filtrage qui « feront des lycées des sanctuaires de la République, garantissant la sécurité de nos élèves ».

    “L’enquête est en cours, nous en saurons plus sur cette agression qui a causé des blessures légères mais significatives, sur le proviseur et deux élèves. Nous restons très vigilant même s'il ne semble pas y avoir de lien avec une entreprise terroriste. C'est pourquoi je maintiens l’Etat d’urgence en France jusqu’au 15 juillet. ”

    Francois Hollande, depuis la Corrèze, vient d’intervenir sur l’agression de Grasse notamment

    Confinement des établissements scolaires levé

    Plus de 300 lycéens sont actuellement accueillis au gymnase du lycée.

  • Afficher les messages précédents

Le reste de l'actualité