Auvergne-Rhône-Alpes
En direct Affaire Fiona

Affaire Fiona. Procès en appel du couple Bourgeon/Makhlouf - relire notre direct (mardi 30 janvier)

Après un premier procès en appel qui avait tourné au fiasco à l'automne, Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf ont de nouveau rendez-vous devant la cour d'assises de Haute-Loire, au Puy-en-Velay, à partir du lundi 29 janvier. Ils sont jugés pour la mort de Fiona, en mai 2013. En première instance, la mère de la fillette (5 ans au moment de sa disparition) avait été condamnée à 5 ans de prison pour avoir menti pendant des mois en parlant d'un enlèvement de l'enfant. Berkane Makhlouf, son ex-compagnon, avait écopé de 20 ans de réclusion pour avoir porté des coups fatals à Fiona. Le verdict est attendu pour le 9 février.

11:04

LES DERNIÈRES INFOS - Mis à jour le 31/01/2018 à 00:03

    Suspension d'audience

    Les débats sont suspendus jusqu'à demain, 9 heures du matin. Merci d'avoir suivi ce direct en notre compagnie.

    Cécile Bourgeon s'excuse avant la suspension de l'audience

    Cécile Bourgeon profite  de l'annonce de la suspension de l'audience pour prendre la parole. "Excusez-moi M. le président, monsieur et mesdames les assesseurs... Je tiens à m'excuser pour mon comportement de tout à l'heure. (...) ça ne se reproduira plus jusqu'à la fin du procès. voilà, " assure-t-elle.

    Cécile Bourgeon n'a pas souvenir de ces rendez-vous avec le psychiatre. Elle confirme n'avoir jamais parlé à sa mère des violences que lui infligeait son père.

    Le président lit à présent le rapport du psychiatre qui a rencontré huit fois Cécile Bourgeon lorsqu'elle était enfant, entre 1995 et 1996. Il parle de scarifications. "Bah lorsque le sang coule, ça fait du bien," fait-elle remarquer.

    Les relations de Cécile Bourgeon depuis l'affaire

    "Beaucoup de personnes m'écrivent, affirme l'accusée, mais je ne peux pas répondre à tout le monde. Mais avec le temps, j'ai appris que derrière ces gens il y avait des gens mal intentionnés. Du coup j'ai décidé de ne plus écrire à personne." Cécile Bourgeon a reçu du courrier d'admirateurs, notamment un certain Djamal, avec qui elle n'a plus de contact, dit-elle. Elle a entretenu une longue relation épistolaire avec l'intéressé.

    Le président demande à Cécile Bourgeon de raconter sa rencontre avec Berkane Makhlouf en 2012. Ce fut un coup de foudre, selon elle.

    Cécile Bourgeon ne ménage pas ses propos à l'encontre de Nicolas Chafoulais lorsque le président lui demande pourquoi il ne voyait plus ses filles. "Je lui demandais de me prévenir lorsqu'il pouvait garder les filles mais il était à la rue", "Il les gardait à un moment et il m'a appelé en panique pour me demander de passer parce que ça se passait mal."

    Reprise de l'audience

    La cour fait son entrée, puis les accusés. Cécile Bourgeon a clairement regagné des couleurs.

    Les deux parents de Fiona s'insultent. La séance est suspendue.

    Nicolas Chafoulais glisse une insulte en corrigeant Cécile Bourgeon sur la date de leur séparation. Me Portejoie, conseil de l'accusée, s'indigne de l'insulte. "C'est qui qui m'a insultée?" répète Cécile Bourgeon, en couvrant la voix du président qui tente de reprendre le contrôle des débats. Comprenant que l'insulte venait de son ex-compagnon, elle lui tend un doigt d'honneur auquel il répond. "Tu vas voir toi!" rugit-elle à son encontre. Le président suspend l'audience 10 minutes. "C'est dommage, elle était bien partie," regrette Me Renaud Portejoie.

    Cécile Bourgeon charge violemment la famille de Nicolas Chafoulais

    A la demande du président, Cécile Bourgeon décrit longuement ses rapports avec la famille de son ex-compagnon. Elle en vient à parler des rumeurs que Nicolas Chafoulais lui aurait raconté sur ses parents, notamment sa mère. Celle-ci se lève brusquement et tempête. Ses avocats lui demandent de ne pas réagir malgré la violence des propos de l'accusée.

    La naissance de Fiona

    La relation Bourgeon-Chafoulais

    Comme en octobre, Cécile Bourgeon affirme qu'elle a commencé les drogues dures avec Nicolas Chafoulais, le père de #Fiona. La discussion est un préambule à la journée de demain, où l'on abordera la personnalité de l'accusée à travers les témoignages de ses proches.

    Plusieurs employeurs de Cécile Bourgeon conseillaient à l'accusée de gagner "en confiance" et "en rigueur".

    Alors que Cécile Bourgeon évoque son parcours professionnel, Berkane Makhlouf semble avoir tout donné cet après-midi et semble absent.

    Cécile Bourgeon sourit

    Le président évoque l'année 2008, "une année de réussite pour vous, puisque vous avez obtenu votre CAP, le permis..." "Et ma fille," ​enchaîne Cécile Bourgeon en souriant. "J'avais vraiment l'impression de devenir une femme", dit-elle.

    Cécile Bourgeon évoque son père, sa scolarité

    Elle était scolarisée à Clermont-Ferrand. Elle exercait des activités comme la danse étant jeune. Elle est discrète, a la tête dans la lune, selon ses professeurs.

    Cécile Bourgeon évoque le fameux séjour au Cap-d'Adge avec son père, où il l'aurait forcé à se mettre nue dans un camp de naturistes. Clément, le frère de Cécile, infime cette déclaration, ainsi que le père, qui réfute avoir fréquenté des camps naturistes. Les enfants Bourgeon ne seraient jamais allés au Cap-d'Agde. Cécile Bourgeon parle ensuite de "la miss", un ami de son père avec qui ils étaient partis et qui faisait à manger, qui tenait selon elle "un rôle de belle-mère" puisqu'il sortait avec le père Bourgeon. Une déclaration fausse selon l'intéressé, qui se décrit seulement comme un bon ami du père. De plus, ils seraient partis tous ensemble à Oléron, pas au Cap-d'Agde.

    Cécile Bourgeon n'a pas de bons souvenirs de son père. Elle se rappelle de sa mère se griffait le visage avec ses ongles après une dispute. Elle décrit un père maniaque, parfois violent. Elle n'a que 5 ans lorsque ses parents divorcent.

    Le président demande ensuite à Cécile Bourgeon de se lever. Il demande à l'accusée de parler de son père, un temps constitué partie civile avant de se désister. Il travaillait aux espaces verts de Clermont-Ferrand.

    Le président lit à présent la déposition de Virginie, qui ne sera pas auditionnée lors de ce procès.

  • Afficher les messages précédents

Le reste de l'actualité