En direct Procès du hand à Montpellier

Le procès en appel des paris suspects du MAHB

Suivez en direct de la cour d'appel de Montpellier, le deuxième procès des paris suspects du handball du 21 novembre au 2 décembre 2016. Les frères Karabatic et leurs compagnes Jennifer Priez et Géraldine Pillet, Mladen Bojinovic, Samuel Honrubia, Mickaël Robin se retrouvent à nouveau devant la justice. Au total, 16 prévenus déjà condamnés en juillet 2015 à des peines d'amendes pour escroquerie. Des paris ont été engagés par les joueurs et leurs proches, le 12 mai 2012, sur la 1ère mi-temps du match Cesson-Sévigné/Montpellier. Une mi-temps truquée ?

11:04

LES DERNIÈRES INFOS - Mis à jour le 29/11/2016 à 16:33

    L'audience est levée, le jugement est mis en délibéré au 1er février 2017 à 14h00

    Le choix de cette date n'est sans doute pas anodin. Ce jugement est donc mis en délibéré au 1er février 2017.
    Pour rappel, le prochain championnat du monde de handball aura lieu du 11 au 29 janvier 2017 en France. Une compétition à laquelle participera notamment Nikola Karabatic.

    Le président Leroux donne la possibilité aux 3 prévenus présents de faire une dernière déclaration

    Chokri M'Rassi, Primož Prošt et Jennifer Priez, les 3 prévenus présents dans la salle, déclarent qu'ils n'ont rien à ajouter.

    president leroux paris suspects montpellier mahb mhb appel proces
    Le président Leroux au procès en appel des paris suspects - 2016 - Dessin : J.Revenu - F3 LR

    "Est-ce qu'il faut aller au bout de cette folie judiciaire ?", demande Me Luc Abratkiewicz

    Cette affaire, "c'est du disciplinaire.", selon Me Luc Abratkiewicz, avocat de Mladen Bojinovic.
    "Avec Mladen Bojinovic, il n'y a pas eu de présomption d'innocence. Il a subi. Il est parieur, il n'est pas tricheur, ce n'est pas la même chose.", déclare Me Luc Abratkiewicz.

    "On s'est fourvoyé avec les règles judiciaires. (...) C'est une acrobatie judiciaire. Un saut périlleux à droite, un saut périlleux à gauche et aujourd'd'hui on est dans le filet.", poursuit Me Luc Abratkiewicz.

    "Est-ce qu'il faut aller au bout de cette folie judiciaire ? (...) La preuve n'est pas apportée. (...) Il faut retenir le doute raisonnable.", conclut Me Luc Abratkiewicz, avocat de Mladen Bojinovic.

    "La faute morale n'est pas une faute pénale", déclare Me Luc Abratkiewicz

    "La faute morale (ndlr parier contre son club) n'est pas une faute pénale.", déclare Me Luc Abratkiewicz, avocat de Mladen Bojinovic (joueur qui a parié sur le match entre Cesson Rennes et Montpellier).

    "Il n'y a pas de certitude, c'est une construction intellectuelle", insiste Me Luc Abratkiewicz

    "L'intime convction n'existe pas" devant un tribunal correctionnel (...) "Il y a des preuves ou il n'y en a pas.", poursuit Me Luc Abratkiewicz, avocat de Mladen Bojinovic. 
    Dans cette affaire, "il n'y a pas de certitude, c'est une construction intellectuelle.", insiste Me Luc Abratkiewicz.

    William Accambray "marchait sur le terrain", affirme Me Luc Abratkiewicz

    Comme Me Loïc Guerin un peu lus tôt aujourd'hui, Me Luc Abratkiewicz demande pourquoi d'autres joueurs ne sont pas poursuivis par la justice.
    William Accambray ou Michaël Guigou auraient aussi pu être poursuivis selon lui. Particulièrement William Accambray qui a été "catastrophique", "il marchait sur le terrain", assure Me Luc Abratkiewicz, avocat de Mladen Bojinovic.

    “Pour moi, (ndlr cette affaire), c'est une acrobatie judiciaire. Une construction intellectuelle", Me Luc Abratkiewicz”

    "Jusqu'au dernier moment, je me suis dit : ils vont pas faire ça", Me Luc Abratkiewicz

    "J'aime la justice, je l'adore la justice. (...) Je me disais, ils vont pas oser interpeller ces garçons, devant tout le monde. C'était pas un rendez-vous sportif, c'était un rendez-vous judiciaire. Jusqu'au dernier moment, je me suis dit : ils vont pas faire ça.", déclare Me Luc Abratkiewicz, avocat de Mladen Bojinovic.

    "Vous avez quasiment ruiné l'institution judiciaire pour l'année 2012", Me Luc Abratkiewicz (à l'adresse du procureur de la République à Montpellier en 2012)

    "J'ai envie de parler de gourmandise judiciaire", lance Me Luc Abratkiewicz

    "J'ai entendu l'avocat général parler de "frénésie judiciaire". J'ai envie de parler de gourmandise judiciaire.", lance Me Luc Abratkiewicz, avocat de Mladen Bojinovic.
    "La frénésie judiciaire n'est pas celle des avocats mais celle des juges. (...) La justice est devenue déraisonnable.", Me Luc Abratkiewicz.

    Me Luc Abratkiewicz, avocat de Mladen Bojinovic, commence sa plaidoirie

    bojinovic abratkiewicz mhb paris suspects montpellier mahb appel proces
    Mladen Bojinovic arrive au palais de justice de Montpellier avec son avocat - novembre 2016. - F3 LR

    “La réponse juridique qui s'impose c'est la relaxe", conclut Me Jean-Marc Darrigade.”

    "Dans le doute, vous relaxerez", Me Jean-Marc Darrigade

    "Dans le doute, vous relaxerez", déclare Me Jean-Marc Darrigade en direction du président Leroux.
    "Ce match a été vu, vu, vu et revu, on n'a rien vu.", lance l'avocat de Luka Karabatic et de sa compagne Jennifer Priez en élevant le ton de sa voix.

    “Si personne n'a rien vu, c'est qu'il n'y avait rien à voir", déclare Me Jean-Marc Darrigade”

    L'entraîneur de Cesson "a bien joué", selon Me Jean-Marc Darrigade

    Me Jean-Marc Darrigade ne parle quasiment pas dans sa plaidoirie de ses clients Luka Karabatic et de sa compagne Jennifer Priez.
    Il s'intéresse à nouveau au match entre Cesson Rennes et Montpellier en mai 2012. Selon Me Jean-Marc Darrigade, c'est le "dispositif tactique" mis en place par l'entraîneur de Cesson Rennes, qui a permis à Cesson Rennes de mener à la mi-temps contre Montpellier. Il en profite d'ailleurs pour rendre hommage à l'entraîneur de Cesson qui "a bien joué", contrairement à l'entraîneur de Montpellier Patrice Canayer qui "a mal joué".

    "La justice c'est pas déductif, c'est démonstratif", affirme Me Jean-Marc Darrigade

    Me Jean-Marc Darrigade, avocat de Luka Karabatic et de sa compagne Jennifer Priez, évoque un "aveu de faiblesse" de la justice qui ne parvient pas à prouver "l'entente pour altérer le score à la mi-temps".
    Ce dossier ne s'appuie que sur des déductions, assure-t-il. "C'est pas ça la justice, la justice c'est pas déductif, c'est démonstratif", affirme Me Jean-Marc Darrigade

    La salle s'est un peu remplie pour les dernières plaidoiries

    La salle d'audience s'est un peu remplie cet après-midi pour les dernières plaidoiries des avocats de la défense, notamment ceux des frères Karabatic. Une quinzaine de personnes (hors prévenus et avocats) est venue assister à ces dernières plaidoiries.

    "Du match truqué, on s'en fout", Me Jean-Marc Darrigade

    Me Jean-Marc Darrigade, avocat de Luka Karabatic et de sa compagne Jennifer Priez, revient sur le réquisitoire de l'avocat général dans lequel il a eu l'impression que "du match truqué, on s'en fout".
    "Je vais vous montrer que l'entente suffit à prouver la culpabilité... c'est pas magnifique ça ?", Me Jean-Marc Darrigade résume les réquisitions de l'avocat général avec cette phrase.
    "J'aurais tendance à dire l'inverse !", lance Me Jean-Marc Darrigade avec énergie. L'avocat de Luka Karabatic et de sa compagne Jennifer Priez déclare que, selon lui, il faut d'abord prouver que le match a été truqué, ce qui est impossible, selon lui.

  • Afficher les messages précédents

Le reste de l'actualité