Auvergne-Rhône-Alpes
En direct Affaire Fiona

Affaire Fiona : Procès en appel du couple Bourgeon/Makhlouf - revoir notre direct de la 3e journée

Lors de la précédente journée du procès, la Cour d'assises de Haute-Loire a abordé la personnalité de l'ex-compagnon de Cécile Bourgeon, la mère de Fiona : Berkane Makhlouf. Les débats sont à suivre en direct sur cette page.

11:04

LES DERNIÈRES INFOS - Mis à jour le 11/10/2017 à 23:55

    L'audience est suspendue. Fin de la 3e journée.

    Merci d'avoir suivi ce drect sur le site de France 3. Retrouvez nous demain, à 9 heures, pour une 4e journée de procès.

    Après l'interrogation de Me Portejoie, qui s'excuse platement auprès du beau-père de Cécile Bourgeon pour avoir été traité de "menteur" [protestation des parties civiles], le président prononce une suspension de séance.

    “Dans ses grands moments de paranoïa, Berkane m'a traité de raciste. Je lui ai répondu que j'était juste Berkanophobe.”

    Luc, beau-père de Cécile Bourgeon, lorsque Me Khanifar lui demande s'il ne porte pas Berkane Makhlouf dans son coeur.

    L'intervention de Me Grimaud gêne la défense par sa longueur et par sa remise en cause du témoignage de l'ancien gendarme : "On n'est pas dans un meeting!" signale Me Portejoie.

    “Monsieur, votre déposition est étonnante. Elle est étonnante car elle correspond point par point aux failles soulevées aujourd'hui. Vous avez témoigné quatre fois, nous avons 25 pages de dépositions. Et jamais vous n'avez fait mention de médicaments qui traînaient dans l'appartement.”

    Me Grimaud interrogeant le beau-père de Cécile Bourgeon

    Globalement, l'avocat général reproche au beau-père de Cécile Bourgeon d'être vent debout contre Berkane Makhlouf en écartant toute culpabilité de sa belle-fille, sans pouvoir le justifier.

    L'avocat général reprend le beau-père de Cécile Bourgeon

    L'avocat général reprend le beau-père gendarme sur les hypothèses que celui-ci a retenues et présentées. "Mets le rôle d'un enquêteur n'est-il pas de n'exclure aucune hypothèse? Vous dites : "Je ne vois pas Cécile faire du mal à ses enfants". Mais c'est l'enquêteur ou le grand-père qui parle?"

    Luc répond à présent à l'avocat général.

    Dans la salle Michelet, les bancs sont clairsemés : pour ce dernier témoin de la journée, on ne dénombre plus que six personnes dans le public, contre une trentaine en début de journée. Guerre plus du côté des parties civiles. 

    Nicolas Chafoulais est toujours dans la salle. Penché en avant, il a enlevé ses lunettes et se pince les yeux de fatigue.

    Le beau-père répond à présent aux questions du président

    Luc parle très souvent de son "expérience de gendarme" : il n'a vu que très tard le syndrôme de la femme battue chez Cécile Bourgeon, début 2013.

    Les hypothèses du beau-père gendarme sur la mort de Fiona

    Il présente deux autres hypothèses possibles qui auraient pu entraîner la mort de la fillette, pour lui : la violence physique et l'accident.

    L'hypothèse de la mort par ingestion de médicaments

    Luc n'écarte pas l'hypothèse évoquée par Ali, le frère de Berkane Makhlouf : la petite Fiona aurait pu trouver des médicaments et les ingérer, et mourir en s'étouffant dans son vomi. "Il y en avait partout : des pilules bleues, des roses, j'avais prévenu Cécile que c'était à la portée de Fiona," se souvient-il.

    Makhlouf tente sans cesse de réagir, il est calmé par son avocat. Cécile Bourgeon baisse la tête et ne bouge plus, même lorsque son nom est évoqué.

    Luc raconte, comme sa femme, l'histoire du bébé jeté "comme un ballon de rugby". "Le petit a volé", dit-il. Cependant, lui couvre les protestations de Makhlouf et n'y prête pas attention, contrairement à Françoise.

    Le beau-père de Fiona décrit aussi plusieurs épisodes de paranoïa de Makhlouf. Il explique que celui-ci l'accusait de l'espionner, notamment par satellite, de le mettre constamment sur écoute. 

    Luc est volubile : il vide son sac devant la cour, ne tarie pas d'histoires sur ses relations avec le couple Makhlouf-Bourgeon. Il relate lui aussi l'histoire de l'altercation entre Clément et Berkane Makhlouf lors du déménagement à Perpignan, déjà évoquée par le frère de l'accusée ce matin.

    La résidence choisie par Makhlouf à Perpignan : "une plaque tournante connue du trafic de drogue", selon Luc

    Luc a aussi fait des démarches pour que le couple Makhlouf-Bourgeon trouve un logement rapidement à Perpignan, Cécile Bourgeon était alors enceinte de plus de huit mois. 
    "J'avais trouvé une petite maison de plain-pied, pas trop chère en plus! Mais Berkane m'a dit qu'il avait trouvé autre chose, dans une résidence de Perpignan... Le problème, c'est que cette résidence était connue comme une plaque tournante du trafic de drogue dans la ville."

    L'épisode de la pharmacie

    Luc raconte aussi un épisode où il a dû accompagner Berkane Makhlouf à la pharmarcie, car il lui manquait de la méthadone, produit de substitution à l'héroïne. Arrivé dans le commerce, on lui a fait comprendre que le produit ne pouvait être délivré qu'avec une ordonnance. "Khader en a fait tout un scandale, il a fait une crise lorsqu'il a compris qu'il ne pouvait pas avoir sa méthadone."

    Luc "a fait le tour d'entreprises" avec Berkane Makhlouf à Perpignan pour l'aider à chercher du travail. Chose qu'il a cessé le quatrième jour, parce que l'accusé se déclarait "fatigué". 

  • Afficher les messages précédents

Le reste de l'actualité