En direct Affaire Fiona

Affaire Fiona. Procès en appel du couple Bourgeon/Makhlouf - relire notre direct de la 4ème journée (jeudi 1er février))

Après un premier procès en appel qui avait tourné au fiasco à l'automne, Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf ont de nouveau rendez-vous devant la cour d'assises de Haute-Loire, au Puy-en-Velay, à partir du lundi 29 janvier. Ils sont jugés pour la mort de Fiona, en mai 2013. En première instance, la mère de la fillette (5 ans au moment de sa disparition) avait été condamnée à 5 ans de prison pour avoir menti pendant des mois en parlant d'un enlèvement de l'enfant. Berkane Makhlouf, son ex-compagnon, avait écopé de 20 ans de réclusion pour avoir porté des coups fatals à Fiona. Le verdict est attendu pour le 9 février.

11:04

LES DERNIÈRES INFOS - Mis à jour le 02/02/2018 à 09:31

    Suspension d'audience. Fin de la 4e journée.

    Merci d'avoir suivi ce live, rendez-vous à demain (9h) pour la suite.

    intervention de Me Portejoie

    Renaud Portejoie s'interpose : "ma cliente a failli s'évanouir tout à l'heure! Je ne peux pas la laisser se faire agresser!"
    Me Grimaud continue de poser sa question, plus posément.
    - Ca ne vous a pas traversé l'esprit que, lors de la garde, Fiona puisse se lever et ingurgiter quelque chose?
    - Bah, non.
    - Et pourquoi un an plus tard, vous êtes certaine qu'elle n'a pas fait la même chose?
    - JE-NE-SAIS-PAS. VOILA.

    "Vous êtes perverse"

    - Me Grimaud [à Cindy] : Ce que vous êtes en train de dire, c'est que lorsque Cécile Bourgeon est amoureuse, elle a tendance à tout laisser pour lui, de ne s'occuper que de lui? Vous êtes d'accord avec ça Mme Bourgeon?
    - C. Bourgeon : Franchement vous êtes perverse, j'aime pas du tout.
    - Me Grimaud : Ah ça, ça s'appelle de la projection Mme Bourgeon.
    - C. Bourgeon : Vous faites des grands discours, vous racontez n'importe quoi, vous faites des articles où vous dites n'importe quoi.

    Amoureuse, Cécile Bourgeon oublie tout le reste

    Lorsque Cécile Bourgeon était avec Berkane Makhlouf, "il n'y en avait que pour lui. On ne la croisait plus, elle restait avec lui, elle vivait son truc avec lui. C'était la même chose avec Momo," un homme qu'elle fréquentait juste avant, pendant un mois.

    Les regrets de Cindy

    Mise en cause par l'avocat général sur le mode de garde des filles, Cindy regrette. "Les filles ne pouvaient pas s'endormir chez moi, mais j'aurais dû quand même les mettre chez moi? Ou que j'aille chez Cécile."

    Des filles laissées seules parfois

    Cécile rencontrait beaucoup de garçons à l'époque. "Peut-être quatre-cinq je dirais," indique Cindy. Il est arrivé que Cécile laisse ses filles sans surveillance. "Certains matins j'entendais pleurer dans son appartement. Elle m'avait donné un double des clés, j'y suis allée et je trouvais les filles toutes seules. Quand j'appelais Cécile, elle répondait pas. Alors je prenais les filles avec moi jusqu'à ce qu'elle revienne."

    Un amie et une nounou

    Cindy a connu Cécile Bourgeon après sa séparation avec Nicolas Chafoulais. Elle a gardé Fiona et sa soeur cinq ou six fois, confie-t-elle, lorsque l'accusée sortait en boîte. "C'était pour la nuit entière. Les filles restaient dans leurs chambres et moi chez moi. Si [la petite soeur de Fiona] pleurait, je l'entendait à travers les murs."

    Cindy, amie de Cécile Bourgeon, est auditionnée.

    L'avant-dernier témoin de la journée, Vanessa, une amie de Cécile Bourgeon aujourd'hui enceinte, est excusée et témoignera un autre jour. C'est alors au tour de Cindy, une voisine de Cécile Bourgeon devenue amie de l'accusée, de venir à la barre.

    L'audience reprend.

    Suspension d'audience

    La témoin est remercié, les débats suspendus. Il reste normalement deux témoins prévus au programme aujourd'hui, et le dernier devait initialement intervenir... à 18h30. 

    "Arrêtez de l'appeler Pépette"

    Cécile Bourgeon intervient, excédée par le surnom donné à sa fille utilisé dans la conversation engagé entre Berkane Makhlouf et son conseil Me Khanifar. Le président demande à ce que les deux hommes appellent la petite fille par son prénom.

    L'absence d'ADN sur le bandeau jaune

    Interrogée par Me Grimaud, l'employée du cinéma explique que le bandeau ressemble exactement à ce qu'elle a vu sur le front de Fiona le 8 mai 2013. "Ou alors il en existe un exactement pareil?" se demande-t-elle. A la demande de Me Khanifar, Cécile Bourgeon ré-explique que, selon ses souvenirs, elle a acheté le bandeau à Claire's, et qu'il était vendu avec un autre de couleur orange fluo. "Je suis sûre et certaine que c'est le bandeau que Fiona portait!" lance-t-elle à nouveau.

    “Ca m'a vraiment perturbée sur le coup. Lorsque j'ai appris pour la disparition, je me suis dit : "pourvu qu'il ne lui soit rien arrivé! Pourvu qu'on ne lui ait pas fait de mal et qu'on fasse croire à sa disparition." Vous pourriez demander à mes collègues, je leur ai tout raconté sur le coup!”

    Corinne, l'hôtesse de cinéma, questionnée par Me Fribourg

    Berkane Makhlouf en feu

    Berkane Makhlouf semble avoir rechargé ses batteries. Il ne se laisse plus faire, ne supporte plus que Me Costantino lui coupe la parole. Il sermonne l'avocat qui l'interroge: "rigolez si vous voulez, moi ça ne me fait pas rire."

    “On avait fait cette sortie à Jaude pour faire plaisir à Fiona.”

    Berkane Makhlouf, en visionnant les photos
  • Afficher les messages précédents

Le reste de l'actualité